23 Mars 2019

Madagascar: Reforestation et rentabilité écologique - Plantation de bambous à Andringitra

La déforestation- de laquelle Madagascar détient le record mondial- est le problème environnemental n°1 dans la Grande île. La reforestation à hauteur de 40 000 ha a été ainsi décidée au niveau étatique. Cadrant dans la réalisation de cet objectif, une plantation de bambous de 100 ha est mise en place à Andringitra.

Le lancement officiel a été effectué hier 22 mars sur une étendue de 11ha à raison de 400 plants par ha à Andringitra, commune rurale d'Ambohimanjaka, district d'Ambohidratrimo. Le projet est mené par le ministère de l'Elevage et de la Pêche (MAEP) à travers le Programme PROSPERER ; en collaboration avec le Ministère de l'Environnement et du Développement durable (MED) et l'International network for Bamboo and Rattan( INBAR).

Associations et coopératives ont également prêté mains fortes au MED, au MAEP, au PROSPERER et à l'INBAR ; à savoir : Fanazava, Volotsangana et Faniry. Notons que cette plantation s'inscrit à la fois dans une optique d'appui à la réalisation de la politique environnementale nationale ; ainsi que dans la promotion de la filière bambou, démarrée il y a au moins neuf ans déjà, en 2010 avec l'INBAR, dans la Région Atsinanana.

Filière prometteuse. Huit autres régions, dont Analamanga, bénéficient maintenant de ce projet, notamment en raison de la collaboration avec PROSPERER. En vue de satisfaire la demande en jeunes plants de bambous qui est appelée à connaître une forte croissance dans les mois à venir, un laboratoire commercial est actuellement en cours d'installation, avec une des coopératives, parties prenantes du projet, dénommée Fanazava.

Pour information, le bambou est « écolo » par excellence, notamment parce qu'il produit 30% d'oxygène de plus que tous les arbres à feuilles, en fixant également 30% de CO2 en plus. Il retient et fixe aussi plus facilement l'eau dans le sol donc préserve celui-ci, grâce à la physiologie de ses feuilles.

Pourtant d'une autre part, elle, tellement « vigoureuse » qu'elle ne nécessite ni beaucoup d'eau ni beaucoup d'entretien pour pousser et s'épanouir. Economiquement parlant, elle fait vivre directement et/ou indirectement deux milliards de personnes dans le monde. En ce qui concerne Madagascar, il fait partie intégrante de la vie quotidienne de certaines communautés, que ce soit dans la construction des habitats ou dans les rituels (circoncision traditionnel par exemple), surtout dans la partie orientale de la Grande île.

Madagascar

Composition du gouvernement - Le jeu est ouvert

Les souhaits exprimés par des députés désireux de voir certains d'entre eux faire partie du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.