23 Mars 2019

Cameroun: Dépravation de mœurs au Cameroun - L'indignation de la journaliste, Cathy Yogo

Des vidéos mettant en scène des adolescentes appareillées de jouets sexuels et initiant de jeunes enfants à la sexualité débridée circulent dans nos Whatsapp depuis quelques heures. Deux petites filles,le regard perdu et apeuré sont conditionnées et émulées au jargon de la sexualité.

Des enfants,des bébés qui pourraient avoir l´âge de ma dernière fille!!!! 6,7,8 ans??? Les plus grandes étant également des enfants.Tous s'en délectent et y vont à gorges chaudes sur leur expériences anciennes ou sur leurs prouesses!!!

Mais que se passe t-il? Qu'est devenue notre humanité ? Notre culture pétrie de valeurs et protectrice de l enfant, avenir de notre société ? Des futures femmes? Mères? Allons nous continuer à nous taire au profit de faits de sociétés promouvant le fascisme dans notre Cameroun? Et surtout mettant en scène la déchéance d êtres humains pris dans les mailles des filets de l'horreur? La vie de ces enfants ne pèse donc pas sur la balance de nos consciences ??? Pourquoi continuer à entretenir par notre silence complice ce crime odieux ? Mon cœur de mère saigne, mon âme de femme est meurtrie et mon cerveau bouillonne. Que se passe t il donc? Qu'est donc devenue cette société Camerounaise ? Où sont les parents de ces enfants ???? Que fait donc la police des réseaux sociaux pour arrêter l'expansion de ces vidéos? Que fait la justice camerounaise pour attendre que ces jeunes soient identifiées et mises en face de leurs responsabilités ???? Qui est d ailleurs responsable ?

Sans oser me tenir en juge parce que remplie de honte par la culpabilité de l'échec de notre jeunesse à la dérive , le cœur ravagé de réaliser que d'autres enfants de mon cercle familial et amical pourraient tomber dans ces déviances , je voudrai aujourd'hui malgré tout accuser: la famille qui a perdu son essence et laisser sa responsabilité d éducation à la télévision, à internet et aux multiples réseaux sociaux.

J'accuse l'école qui a perdu son essence créatrice de richesses humaines et intellectuelles.

J'accuse les services sociaux qui ont oublié d'aller vers les cibles sensibles telles que la jeunesse.

J'accuse les commerces pour avoir mis à disposition des jouets sexuels à la portée de mineurs.

J'accuse les aînés sociaux qui utilisent ces jeunes pour leurs sauteries crapuleuses et polluent les mentalités de jeunes désœuvrés.

J'accuse les ministres du culte qui déçoivent et mettent le doute en ces jeunes par leurs pratiques crapuleuses.

J'accuse les médias pour leur silence complice au profit de sujets dont les issues sont connues d'avance.

J'accuse les usagers de réseaux sociaux pour complicité par expansion des vidéos et leur dépit face à cette catastrophe.

Que faire? Que dire? À quelle porte frapper ?

Allons nous encore attendre que de pédants occidentaux viennent nous donner des leçons d éducation ?

Allons nous attendre que nos filles soient les prochaines pour oser contester?

Nous sommes tous complices par notre silence et notre manque d'indignation!

l'heure est grave parce qu'une société qui tue ses ministres du culte, qui se délecte d'injures , de clashs insensés , qui plébiscite la réussite à travers le crime et la prostitution, et désormais qui spolie sa jeunesse ,est vide de sens et prête a l'implosion!

D'ailleurs, quelqu'un disait à ce propos qu'un groupe qui ne protège pas ses plus faibles n'a plus de culture. De quel côté sommes nous????

Cameroun

Assemblées annuelles de la BAD - La volonté d'intégration réaffirmée

Les travaux ouverts le 11 juin dernier à Malabo se sont achevés vendredi dernier sur une convergence de… Plus »

Copyright © 2019 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.