22 Mars 2019

Soudan: Les ministres des affaires étrangères de la coopération islamique appellent à affronter la haine

Istanbul — L'Organisation de la Coopération Islamique (OCI) a tenu vendredi une réunion d'urgence à Istanbul - Turquie - à composition non limitée du Comité exécutif au niveau des ministres des Affaires étrangères sur l'attaque terroriste de musulmans innocents dans deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, en présence du ministre des Affaires étrangères de Nouvelle-Zélande, Winston Peters.

Le président turc Rajab Tayeb Erdogan a prononcé un discours lors de la séance d'ouverture, avertissant de la montée de l'islamophobie et de sa propagation dans les sociétés, soulignant que l'incident néo-zélandais "pourrait revenir à nouveau si l'on ne traite pas ses causes".

Pour sa part, le Secrétaire général de l'OCI, le Dr Yousef bin Ahmed Al-Othaimeen, a déclaré dans son discours à la réunion: "Les sincères condoléances aux familles des victimes de la trahison et du terrorisme dans les deux mosquées en Nouvelle-Zélande", tout en exprimant son appréciation aux efforts du gouvernement néo-zélandais d'avoir contenir la société musulmane dans son pays dans un moment décisif, un comportement qui a été apprécié par les peuples du monde ; musulmans et d'autres.

Le Secrétaire général a indiqué que "le fanatisme fondé sur l'idéologie et la race est devenue une menace majeure à la paix et à la sécurité mondiales dans notre monde." Alors dans ces circonstances, l'islam et les musulmans dans de nombreux pays sont soumis à la déformation, tant religion et être-humain" ajoutant que « Selon les rapports du bureau de l'islamophobie Au sein de l'OCI, ces dernières années, la haine et l'intolérance à l'égard de l'islam ont atteint un niveau alarmant et de plus en plus fréquent.

"Le monde est choqué par les atrocités commises par l'un des terroristes de droite, où une cinquantaine de musulmans innocents ont été tués et des dizaines d'autres blessés, priant pacifiquement dans un lieu de culte", a-t-il déclaré.

"L'horrible incident terroriste a envoyé un message fort au monde et à nous tous que la rhétorique de la haine, de l'intolérance et de l'islamophobie est devenue une menace claire pour la sécurité de sociétés stables et que ce qui s'est passé confirme que le terrorisme n'a pas de religion, de race ou de nationalité."

Lors de la réunion, le ministre néo-zélandais des Affaires étrangères, Winston Peters, a déclaré que la réunion ministérielle s'était déroulée dans des conditions difficiles pour faire face à cet attentat terroriste et que la personne ayant mené l'opération et venant de l'extérieur de la Nouvelle-Zélande serait passible de peines maximales. Ne pas répéter cet incident à l'avenir,

Il a également demandé au Secrétaire général de l'OCI de communiquer avec les mécanismes des Nations Unies afin d'élargir le champ d'application de la résolution 1267 sur les sanctions afin d'inclure les individus et entités associés à des groupes ethniques extrémistes.

Soudan

Le Conseil militaire cherche une alternative à l'opposition

Plus de 15 jours après le massacre de Khartoum, qui a fait plus de 128 morts et plus de 800 blessés parmi… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Sudan News Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.