22 Mars 2019

Tunisie: Les participants au débat sur la santé proposent des mesures urgentes pour redresser le secteur

Tunis — Les participants au débat participatif sur les mesures urgentes en faveur du secteur de la santé publique ont été unanimes, vendredi, à souligner la nécessité de repenser le système de financement, d'instaurer une bonne gouvernance et d'améliorer la gestion des ressources humaines pour une remise à niveau des établissements hospitaliers.

Volet financement, la plupart des intervenants ont mis l'accent sur la nécessité de réactiver au plus vite le Fonds d'appui à la santé publique annoncé depuis 2016 qui vise à créer des fonds afin de prendre en charge les frais des prestations hospitalières pour les détenteurs du carnet de soin gratuit et les bénéficiaires des cartes à tarif réduit.

Ainsi, le président de la commission parlementaire de la santé, Souheil Alouini a proposé d'instaurer des taxes plus lourdes sur le tabac et les boissons gazeuses, à l'origine des maladies vasculaires. Selon lui, les recettes fiscales pourraient aider à redresser le secteur.

Le président de l'organisation tunisienne des jeunes médecins, Jad Henchiri a, quant à lui, souligné la nécessité d'imposer la TVA sur les industries pharmaceutiques et les cliniques, soulignant que ces différentes mesures proposées sont à même de maîtriser l'hémorragie de la dette des établissements sanitaires publics.

S'agissant de la gouvernance, la député du mouvement Ennahda et membre de la commission parlementaire de la santé, Radhia Toumi, a jugé indispensable de digitaliser les services de santé afin de lutter contre la corruption et de protéger les dénonciateurs.

D'autres participants, à l'instar du membre de l'organisation tunisienne des jeunes médecins, Zied Bouguerra ont appelé à la nécessité d'accorder l'autonomie financière et administrative aux établissements hospitaliers.

Ainsi, la secrétaire générale du syndicat des médecins hospitalo-universitaire, Habiba Mizouni, a souligné l'urgence de réviser le code des marchés publics qui, selon elle, ne prend pas en compte les spécificités du secteur de la santé.

D'autre part, la directrice des ressources humaines la direction générale des services communs au ministère de la santé, Nozha Moussa, a fait savoir que 4000 départs à la retraite ont été enregistrés au ministère de la Santé entre 2017 et 2018, précisant qu'il n'y a pas eu de remplacement.

Et d'ajouter que le nombre du personnel médical n'a pas évolué contrairement au nombre du personnel administratif entre 2010 et 2018, déplorant le départ massif notamment des médecins spécialités universitaires et sanitaires et le désintérêt des médecins généralistes.

Elle a également pointé la démotivation, les absentéismes et les interruptions du service hospitalier, faisant savoir que 86450 congés de longue durée et 6000 absences irrégulières ont été enregistrées en 2018.

Le secrétaire général du syndicat des médecins, des pharmaciens et des dentistes de la santé publique, Mohamed Hédi Souissi, a estimé que les conditions de travail défavorables dans les établissements publics sont à l'origine de ce désintéressement, ce qui pousse, selon lui de nombreux médecins à quitter le pays.

D'autre part, les intervenants ont mis l'accent sur la nécessité d'accélérer l'adoption du projet de loi sur la responsabilité médicale qui protège les corps médical et paramédical dans l'exercice de leurs fonctions.

Les différentes recommandations formulées par les participants à ce débat seront soumis au prochain conseil ministériel qui se tiendra mercredi prochain, a indiqué le chef du gouvernement, Youssef Chahed, à l'ouverture de ce débat sur la santé publique.

Tunisie

CAN 2019 - Le Burundi rêve plus grand

Qualifié pour sa première phase finale de la Coupe d'Afrique des Nations, le Burundi rêve d'une… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Tunis Afrique Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.