Afrique: Premier atelier des officiers de contrôle du dopage de la CAF en partenariat avec la FIFA

En collaboration avec la Fédération internationale de football (FIFA), la Confédération Africaine de Football a organisé un premier atelier à l'intention des officiers de contrôle du dopage (DCO) afin de mettre à jour les compétences du personnel antidopage.

L'atelier, qui s'est tenu les 19 et 20 mars 2019 au Caire, en Égypte, a réuni 25 spécialistes venant de tout le continent et qui ont abordé des thèmes tels que les stratégies de lutte contre le dopage dans le football, les substances interdites, l'utilisation de suppléments et les dérogations pour usage thérapeutique.

Le vice-président de la commission médicale de la CAF, Yacine Zerguini a souligné que les participants ont été informés des aspects théoriques et pratiques du dopage afin de constituer un comité d'élite composé d'agents de contrôle du dopage pour les compétitions.

"L'un des objectifs consiste à mettre à jour et d'actualiser les ateliers de contrôle antidopage avec toutes les modifications et les nouveautés pour une mise à niveau aussi bien auprès de la FIFA que des autres parties dans le monde", relève-t-il.

Cet atelier a permis la création d'une unité de contrôle du dopage de la CAF chargée de traiter les problèmes inhérents au dopage.

Zerguini révèle que l'unité sera composée de représentants du Secrétariat général de la CAF et des départements médical et juridique afin de veiller à ce que la procédure soit professionnelle et efficace.

Il ajoute qu'avec le soutien de la FIFA, la CAF va mener pour la première fois des contrôles antidopage hors compétition en prévision de la Coupe d'Afrique des Nations Total "Egypte 2019". Les joueurs seront soumis à des tests de façon à ce que chaque joueur subisse au moins une fois un test avant la phase finale de la CAN.

Côté FIFA, Alexis Weber, responsable médical et antidopage, et Monika Keller, chef de projet antidopage ont développé les principaux thèmes abordés au cours de cet atelier.

"Grâce à cet atelier, les officiers de contrôle du dopage sont habilités à transmettre le message à nos différentes fédérations. Je m'attends également à ce que le Comité exécutif de la CAF rende le contrôle du dopage obligatoire dans nos championnats. Les différentes fédérations locales locaux doivent s'assurer que les contrôles antidopage sont mis en place. Les procédures sont satisfaisantes, mais les agents devraient bénéficier d'un soutien logistique", indique David Kofi Prince Pambo du Ghana, également membre du Comité médical de la CAF.

Enfin, l'Ivoirien Cyrille Serges Dah a déclaré de son côté: "Nous avons amélioré nos connaissances en matière de contrôle du dopage, et avons été informés des modifications de la mise en œuvre du dopage afin de pouvoir exercer notre travail avec le maximum d'efficacité".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: CAF

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.