23 Mars 2019

Mali: Le groupe jihadiste GSIM revendique l'attaque contre l'armée

Au Mali, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), principale alliance jihadiste du Sahel liée à al-Qaïda, a revendiqué l'attaque contre des soldats maliens, dans le camp militaire, à Dioura, dans le centre du pays. L'attaque a eu lieu le 17 mars et a fait près de 30 morts.

C'est dans la nuit de vendredi à ce samedi 23 mars que le communiqué nous est parvenu. La revendication emprunte le canal habituel de communication des jihadistes, via l'agence mauritanienne Al-Akhbar. Le GSIM y présente l'attaque comme une opération de représailles aux crimes commis par le gouvernement et ses milices contre les Peuls.

Le mouvement de Iyad Ag Ghali dit également que l'attaque a été exécutée par des hommes du Macina, groupe actif dans le centre du Mali, sous le commandement d'Amadou Koufa lui-même, chef du Macina dont on avait un temps pensé qu'il avait été tué dans une opération française, au mois de novembre.

Outre le traumatisme pour l'armée malienne, cette attaque a aussi de profondes répercussions politiques. Un deuil national de trois jours a été décrété, vendredi, et le président Ibrahim Boubacar Keïta a sermonné la hiérarchie militaire laissant entendre qu'il y avait eu des négligences à Dioura et qu'il n'en tolèrerait plus.

Les familles sont cependant en colère. Des femmes et des enfants de soldats tués dans différentes attaques ont manifesté, vendredi, à Ségou et Sévaré, dans le centre du pays pour dénoncer le manque de moyens de l'armée. Jeudi, à Nioro, dans l'ouest du pays, c'est le chef d'état-major qui a été conspué.

Mali

Les appels à la solidarité et au recueillement se multiplient

Après le massacre de 35 civils dans un village du centre du Mali la semaine dernière par des hommes… Plus »

Copyright © 2019 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.