Mozambique: Les habitants de Beira entre résilience et incompréhension

Au Mozambique, une semaine après le passage du cyclone Idai, au moins 400 personnes sont mortes et on compte près de 600 000 sinistrés dans la zone de Beira.

Cette importante ville du pays a été presque entièrement détruite. Ce bilan, encore provisoire, a été communiqué, dans la matinée de ce dimanche 24 mars, par le ministre de l'Environnement, Celso Correia.

Les habitants de Beira font preuve d'une grande résilience. Déjà, ils s'organisent pour remettre leur ville sur pied. Ce dimanche matin, un peu plus d'une centaine de jeunes nettoyaient les rues et un centre de santé, près la cathédrale de Beira.

La cathédrale qui, par ailleurs, était pleine. Deux messes ont eu lieu à 7h00 et 9h00 et, à chaque office, tous les bancs étaient remplis.

La communauté chrétienne est très dynamique mais le prêtre Alfredo Manhiça a confié à RFI que cette forte influence était bien liée au passage du cyclone. « Les fidèles sont en deuil. Ils ont besoin de pleurer et de demander de l'aide », a-t-il expliqué.

Dans son homélie, il a ensuite insisté sur la nécessité d'accepter cette catastrophe naturelle. Il n'y a donc pas de colère dans le cœur des habitants de Beira, mais peut-être en revanche, une certaine incompréhension vis-à-vis de l'aide humanitaire et de son déploiement.

Dans une école du quartier Vaz, un quartier pauvre de la périphérie, le Programme alimentaire mondial (PAM) a distribué de la nourriture, ce dimanche matin, à une centaine de familles réfugiées dans le bâtiment scolaire.

Devant les grilles, des dizaines de femmes se sont réunies. « Nous avons faim aussi ; nos maisons sont toujours là mais nous n'avons plus rien ».

Lundi, l'école rouvrira ses portes et les familles refugiées devront, elles aussi, chercher de nouveau, abri et nourriture.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.