Ile Maurice: Aveugles et divorcés - Les ex-époux s'échangent leurs deux enfants

Lorsqu'ils se séparent en 2017, chacun prend la garde d'un de leurs enfants.

Le mari prend sa fille avec lui et la femme, leur fils. Un arrangement qui ne les a toutefois pas satisfaits sur le long terme. Les ex-époux, qui sont tous deux aveugles, se sont alors tournés vers la Family Division de la Cour suprême. Le juge Benjamin Marie Joseph a tranché il y a deux semaines ; la mère, une enseignante de 43 ans, a pu récupérer la garde de sa fille et le père, celle de son fils. «Chacun a eu droit à un enfant», a déclaré le juge.

L'histoire d'amour du couple a démarré dans un établissement destiné aux aveugles. L'enseignante y travaille tandis que l'homme y étudiait. De fil en aiguille, ils tombent amoureux et décident de se marier.

En 2008, le couple attend son premier enfant. Or c'est à ce moment, raconte la quadragénaire dans sa plainte, que son époux aurait changé d'attitude envers elle. Leur relation ne se serait guère améliorée suivant la naissance de leur enfant. Ni lorsqu'un second enfant naît un an après. Jusqu'à ce que l'époux déserte le toit familial en 2017, en emmenant sa fille, avec l'accord de la mère.

Le père avait sollicité les services de Me Arshaad Inder et Me Naushaad Malleck représentait les intérêts de la mère.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.