Mali: Massacre de peuls à Ogassagou - Le Forum régional africain d'Amnesty international demande une commission d'enquête

Photo: ONU
Un village dans la région de Mopti, dans le centre du Mali (capture d'écran).

Dakar — Le Forum régional africain d'Amnesty international, réuni à Dakar samedi et dimanche, "condamne fermement" l'attaque meurtrière perpétrée samedi, contre le village peul d'Ogassagou au centre du Mali et appelle les autorités maliennes à mettre immédiatement en place une commission d'enquête.

Plus de 130 personnes ont été tuées, dont des femmes et des enfants, et de nombreuses autres blessées au cours de cette attaque.

Dans son communiqué reçu à l'APS, le Forum "appelle les autorités maliennes à mettre immédiatement en place une commission d'enquête pour faire toute la lumière sur les faits et faire juger les responsables de ce massacre".

Le Forum régional qui réunit les directeurs et présidents des sections africaines et des bureaux régionaux d'Amnesty international en Afrique rappelle que depuis plus d'un an, le centre du Mali connait des violences meurtrières.

Il rappelle aux autorités et à la Mission multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) "l'impératif de protection des populations, et insiste pour que la lutte contre l'impunité des graves violations des droits humains soit au cœur du processus d'apaisement de la situation dans le pays".

Après le massacre dans le village peul, le gouvernement malien a décidé de limoger plusieurs haut-gradés de l'armée et de dissoudre la milice dogon Dan na Amassagou, accusée d'avoir mené cette attaque, considérée comme la plus meurtrière depuis le début de la crise au Mali, en 2012.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.