25 Mars 2019

Congo-Kinshasa: Après l'érosion de Badiadingi - Nationale n°1, nouvelle alerte à Mitendi

Alors que les travaux de lutte contre la grande érosion qui a failli couper totalement le trafic automobile sur la Nationale n°1, à la hauteur de Badiadingi, se poursuivent encore, grâce à une intervention urgente décidée par le Chef de l'Etat en personne, pour un coût de près de 700.000 dollars américains, la même voie est de nouveau en grand danger de coupure au niveau de Mitendi, à la frontière entre la capitale et la province du Kongo Central.

Déjà, hier dimanche, son conseiller chargé des Infrastructures est descendu sur les lieux pour évaluer les dégâts. Dans une brève déclaration à la presse, il a fait savoir que la situation était catastrophique et qu'il fallait agir sans tarder.

En effet, les deux pluies diluviennes qui se sont abattues sur Kinshasa, successivement le vendredi 22 et le samedi 23 mars dans les après-midis, ont provoqué l'apparition d'une énorme crevasse qui a sérieusement érodé la surface asphaltée.

Pour l'instant, la route ne tient qu'à un fil. Depuis le dernier week-end, le trafic routier est sérieusement perturbé, suite à l'usage d'une bande unique par les automobilistes, la seconde étant sous l'emprise de l'érosion. Un interminable bouchon est observé dans le périmètre, avec l'immobilisation de plusieurs véhicules. Une nouvelle intervention salutaire est requise, pour sauver cette route, même si elle était inscrite dans le programme des 100 jours du Chef de l'Etat, lancé le 2 mars 2019. Tous les regards sont ainsi tournés vers la présidence de la République d'abord et le ministère des Infrastructures et Travaux Publics ensuite pour la mobilisation des moyens financiers et techniques requis pour ce faire.

On rappelle que vers la fin de l'année dernière, la Nationale n°1 avait connu une énième coupure dans le même secteur, suite aux pluies diluviennes. D'où l'exigence des usagers de la route de voir la société qui va être chargée des travaux de réfection -on croire savoir que ce sera l'Office des Routes en l'occurrence - respecter les normes techniques requises pour à la fois l'aménagement des ouvrages (égouts, caniveaux, murs de soutènement) indispensables à la stabilisation du site érosif, le terrassement, le concassage et le renouvellement de l'asphalte.

Il faudrait que cette fois, l'on travaille dans la durée au lieu de s'arrêter aux travaux de saupoudrage, qui coûtent régulièrement des millions de dollars au trésor public et enrichissent des particuliers.

Congo-Kinshasa

Jeanine Mabunda, première Présidente de l'Assemblée Nationale

La République démocratique du Congo (RDC) vient d’ouvrir une nouvelle page de son histoire… Plus »

Copyright © 2019 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.