Afrique: L'Africa Ceo Forum s'ouvre à Kigali

Photo: Africa CEO Forum
Panel d'ouverture de l'Africa CEO Forum à Kigali

Plus de 600 milliards de FCFA de projets en quête de financement au cours de ce grand rassemblement du secteur privé d'Afrique auquel prend par le 1er ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly.

Kigali, terre de pèlerinage pour le souvenir triste du génocide de 1994, va-t-elle devenir un lieu de pèlerinage, plus gai cette fois, pour les chantres de l'intégration régionale africaine ? Difficile de ne pas y penser, tant la coïncidence est éloquente.

Plus de 1 500 personnalités du monde des affaires et de la politique, entre Chefs d'Etat et patrons d'entreprises privées et publiques se réunissent aujourd'hui au Kigali Convention Centre de la capitale rwandaise, pour parler essentiellement d'intégration régionale africaine, pratiquement un an jour pour jour, après la signature historique du traité instituant la Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca) intervenue le 21 mars dans la capitale du pays des mille collines.

L'on se souvient que trois accords y avaient été alors signés, celui sur la zone de libre-échange, le protocole de libre circulation des personnes sur le continent et la « déclaration de Kigali », déclaration solennelle de fin de sommet. Ce projet de ZLEC, une des pierres angulaires de l'agenda 2063 de l'UA, était en discussion depuis 2012 et avoisinerait 2 500 milliards de dollars de PIB cumulés.

Seulement, le plus dur restait à faire, après cet événement attendu depuis six décennies. C'est ainsi qu'un an plus tard, le seuil des 22 ratifications nécessaires à la mise en œuvre de ce traité n'est toujours pas atteint.

Dans les couloirs de l'Africa ceo Forum 2019, qui a choisi d'axer sa thématique principale sur les moyens de passer des paroles aux actes, l'on avance que les 22 instruments de ratification requis devraient être remis dans les semaines qui suivent.

Pour traiter de cette problématique cruciale pour le développement du commerce intra-africain, l'Africa Ceo Forum organisé par le groupe Jeune Afrique accueille, cette année plusieurs Chefs d'Etat : la Présidente de l'Ethiopie, les Présidents du Rwanda, de la RD Congo, et du Togo. Mais aussi d'importantes délégations venues du Maroc, du Togo, de Maurice, du Bénin, du Mali, de la République Démocratique du Congo et du Rwanda, qui présenteront leurs projets d'investissement lors de « Public-Private Dealrooms ».

A travers les « Investment Dealrooms », l'AFRICA CEO FORUM innove et proposera pour la première fois une plateforme de mise en relation entre entreprises prometteuses à la recherche de capitaux de croissance et investisseurs.

Innovation de l'AFRICA CEO FORUM 2019, les « Private sector Dealrooms» permettront quant à elles à 30 entreprises africaines à fort potentiel de rencontrer des investisseurs désireux de financer leur croissance, révèle Jeune Afrique.

Générant un chiffre d'affaires annuel moyen de 50 millions de dollars et originaires de toutes les zones du continent, les 30 entreprises prometteuses sélectionnées recherchent des financements compris entre 25 et 100 millions d'euros, précise l'organisateur.

Le Forum s'ouvre officiellement demain matin au Kigali Convention Centre à travers une cérémonie au cours de laquelle le fondateur du Forum, Amir Ben Yahmed, et le Chief Executive Officer de l'IFC (branche du Groupe Banque mondiale dédiée au secteur privé), Philippe Le Houérou s'adresseront aux 1 500 participants, avant que le Président rwandais Paul Kagamé n'ouvre solennellement les débats.

Le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly y conduit une importante délégation composée notamment du ministre Souleymane Diarassouba et de plusieurs opérateurs économiques venus d'Abidjan.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.