24 Mars 2019

Congo-Kinshasa: Santé de la reproduction - Une réunion des restitutions d'échange d'expérience sur les soins complets après avortement à Tunis

Une réunion de restitution de la mission des experts à Tunis sur l'élaboration des normes et directives sur les soins complets d'avortement et de contraception.

Dans le cadre de la mise en application du protocole de Maputo dans son article 14, une feuille de route a été proposée en Tunis par les experts en santé de la reproduction, afin d"accélérer le processus d'élaboration des normes et directives sur les soins complets d'avortement et de contraception.

La direction nationale du programme national de la santé de la reproduction, PNSR, a organisé, le vendredi 22 mars 2019 au cercle Elaïs de Kinshasa, une séance des restitutions d'échange d'expérience sur les soins complets après avortement à Tunisie. Cette mission menée par les experts en santé de la reproduction en Tunis s'est fixée l'objectif de contribuer à l'amélioration de la santé de la mère et de l'enfant au travers de l'élaboration des normes et directives des soins complets d'avortement centrés sur la femme(SCAF). Ceci, dans le cadre de la mise en œuvre du protocole de Maputo dans son article 14 en RDC.

A cette occasion, la directrice nationale de PNSR, Dr. Lis Lombeya a, indiqué que la RDC a adhéré au protocole de Maputo qui autorise, sous certaines conditions (viol, inceste et risque pour la santé de la mère), l'interruption de grossesse. A cet effet, la RDC doit élaborer les normes et directives par rapport au protocole de Maputo de manière à ce qu'il n'y ait pas de déviations ni exagération dans cette application. « Il faudrait qu'il y ait des garde-fous », a-t-elle soutenu. Pour élaborer ces normes et directives, a souligné Dr. Lis Lombeya, étant donné qu'il y ait des pays qui ont déjà élaboré ces normes et directives, nous avons envoyé des experts pays pour aller voir à Tunis et rencontrer d'autres pays qui ont déjà élaboré des normes et directives par rapport au protocole de Maputo.

C'est ainsi que cette rencontre a été organisée avec l'appui du partenaire Ipas, afin de partager avec tous les participants, l'expérience vécue à Tunis. « Cela a suscité énormément des questions qui vont être contextualiser et intégrer dans l'élaboration des normes et directives de la RDC » a confié la directrice nationale du PNSR.

Aussi, a-t-elle dit, la RDC et la Tunisie n'ont pas de similitude, mais à Tunis, les experts ont rencontré plusieurs pays qui ont déjà élaboré les normes et directives par rapport aux soins complets après avortement. « Nous avions envoyé nos experts là-bas pour qu'ils voient comment les autres pays s'y sont pris de manière à ce que nous puissions adapter la réalité des autres à la nôtre ». Car, a-t-elle ajouté, nous avons notre culture, nous avons notre cadre juridique et nous n'allons pas faire du copier-coller ».

Dans cette feuille de route, il y a tout un processus des étapes parmi lesquels le voyage d'échange d'expérience en Tunisie. Egalement, les différents aspects soulevés qui devront être intégré dans l'élaboration des normes et directives. Donc, nous n'allons pas faire du copier-coller par rapport aux autres, mais plutôt parler selon le contexte de la RDC.

Il est à noter qu'au cours de cette séance de restitution de la mission, il a été relevé le déroulement de la mission à Tunis, en commençant par une visite guidée au Centre de maternité et de néonatologie.

Ces experts ont, l'un après l'autre, relaté l'expérience vécu à Tunis. Chacun a épinglé un point marquant (fort ou faible), juste pour établir une comparaison sur ce qui se passe à Tunis par rapport à la réalité de la RDC. « C'était un moment appréciable », ont-ils conclu.

Congo-Kinshasa

Quinze corps retrouvés au Rwanda après le naufrage sur le lac Kivu

Le naufrage survenu en début de semaine sur le lac Kivu a fait plus de cent disparus. Samedi 20 avril, des corps,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.