26 Mars 2019

Congo-Kinshasa: Kabilistes - Enième désaveu au stade des Martyrs !

Comme c'était déjà le cas l'année dernière lors des matches ayant opposé les Léopards au Congo/Brazzaville (3-1) et au Zimbabwe (1-2), dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations en football, des slogans hostiles aux Kabilistes, hier au pouvoir et aujourd'hui dans l'opposition dite institutionnelle, ont été de nouveau entendus le dimanche 24 mars 2019 au stade des Martyrs, lors du match RDC-Liberia (1-0).

Le public, évalué à environ 80.000 âmes, n'a cessé d'interpeller le nouveau Chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, présent dans ce temple du football, pour qu'il fasse preuve d'un maximum de prudence dans ses relations avec ceux qui passent, aux yeux des masses, pour les responsables de la descente aux enfers du pays aux plans politique, sécuritaire, économique et social. Le rappel express de la devise de son père, à savoir « Le peuple d'abord », était pour lui recommander de privilégier, dans la gestion de la chose publique, l'intérêt général, contrairement aux Kabilistes, fichés comme des pilleurs, des violateurs patentés des droits de l'homme, bref des « ennemis » de la patrie.

On aurait pensé, s'il s'était agi d'une réunion politique, que les supporters de l'équipe nationale étaient instrumentalisés par une main noire pour diaboliser les anciens animateurs de l'ancien système politique et leur « Autorité morale », Joseph Kabila. La spontanéité et la constance des actes de désaveu des « Kabilistes » par le souverain primaire, qui avait décidé de sanctionner sévèrement en décembre 2018, dans les urnes, leur candidat à la présidentielle, devraient pousser ceux-ci à méditer sérieusement sur les torts causés, pendant 18 ans, aux millions de Congolaises et Congolais d'en-bas, qui ne demandaient rien d'autre que de vivre aujourd'hui mieux qu'hier et de s'exprimer librement sur la marche des affaires du pays.

Ce désaveu public se veut aussi un avertissement sans frais leur adressé pour qu'ils ne remettent pas, à la tête des institutions de la République telles que le Sénat, l'Assemblée Nationale et le Gouvernement, des personnalités jugées coupables de crimes politiques et économiques.

Bien que les Kabilistes détiennent la majorité parlementaire, et partant le privilège de désigner le futur animateur du gouvernement et certains de ses collaborateurs, la sagesse devrait leur recommander de ne pas énerver le « peuple », qui a démontré dernièrement, en marge des élections des sénateurs sur fond de corruption des députés provinciaux, qu'il est capable de réagir avec violence pour barrer la route aux hommes et femmes étiquetés comme ceux ayant laissé la RDC au bord du gouffre, après 18 ans d'une gouvernance calamiteuse.

Qu'on se souvienne qu'en janvier 2015, lorsque les Kabilistes avaient pris la liberté d'amender la loi électorale et de poser, comme préalable à la tenue des élections, le recensement général de la population, la « rue » avait grondé au point que pendant trois jours (19, 20 et 21), l'ancien pouvoir avait terriblement vacillé. Il avait fallu une dose spéciale de psychologie à Kengo wa Dondo, alors président du Sénat, pour sauver les meubles, en tenant aux masses un discours dans la langue qu'elles comprenaient le mieux, à savoir le lingala, et en leur assurant que le fameux recensement général était renvoyé sine die.

Compte tenu de l'état d'esprit actuel de la « base », résolument tourné vers la rupture claire et nette entre l'ancien et le nouveau système politique, les Kabilistes auraient intérêt à ne pas trop s'afficher publiquement et à faire profil bas face aux enjeux politiques de l'heure. Car une mauvaise gestion de leurs ambitions politiques peut énerver les foules, aux quatre coins de la République, et déboucher sur leur disqualification pure et simple de l'exercice des fonctions publiques. A titre d'exemple, on a qu'à voir comment, depuis un certain temps, les députés provinciaux corrompus rasent les murs, de honte, pour les uns, ou ont choisi la clandestinité, par peur d'être lynchés, pour d'autres.

Congo-Kinshasa

L'opposition en colère au Palais du Peuple !

L'élection du président et des membres du bureau définitif de l'Assemblée nationale aura… Plus »

Copyright © 2019 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.