Mozambique: Au pays, après le cyclone, le casse-tête de l'eau potable

Le centre du Mozambique peine toujours à se remettre du passage du cyclone Idai. Plus de 400 morts et 600 000 personnes nécessitant de l'aide humanitaire d'urgence : jamais le pays n'avait connu une tempête d'une telle importance. Dix jours après le passage d'Idai, les habitants de la ville de Beira et toute la province de Sofala, ont toujours le plus grand mal à trouver de l'eau potable.

A Tica, à 70 kilomètres à l'ouest de Beira, près de 150 personnes ont trouvé refuge dans la gare. Tout leur manque, les vêtements, la nourriture et surtout l'eau. Francisco, un réfugié, évoque ses difficultés : « Nous arrivons à trouver de l'eau ici, mais c'est de l'eau insalubre. Elle n'est pas potable mais nous la buvons tout de même, nous n'avons pas le choix. Les gens ont la diarrhée, vomissent, ils sont malades à cause de cette eau. »

A une vingtaine de kilomètres de là, la station hydraulique de Mutua. A cause du cyclone, elle ne tourne qu'à 50%. Castigo Alvaro, directeur régionale de la Fipag, la compagnie des eaux, dit avoir réagi rapidement : « Nous avons fait immédiatement la maintenance de nos pompes électriques, nous avons construit des pavillons provisoires pour protéger l'équipement électromécanique et enfin nous enfin nous avons installé des générateurs pour relancer tout le système. »

Pour reprendre au plus vite son activité à plein régime, la station bénéficie du soutien de l'Unicef. Samuel Manhiça, consultant sur les questions sanitaires pour l'Unicef, indiquez comment : « Nous fournissons des produits chimiques comme le chlore parce que tout a été endommagé par le cyclone. Il y a presque 200 tonnes de produits qui sont maintenant inutilisables. Deuxièmement, nous aidons à trouver des sources alternatives d'électricité mais ça ne suffit toujours pas. » La station de Mutua dessert en eau près de 370 000 personnes dans toute la province de Sofala.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.