Tunisie: La classe moyenne sous pression

26 Mars 2019

Attention à l'inflation !

D'ailleurs, les milieux financiers ne recommandent pas trop le recours aux crédits de consommation, et ce, dans le but de contrecarrer l'évolution de l'inflation. L'objectif étant de limiter un tant soit peu les achats des divers produits pour réduire une inflation galopante qui a atteint les 7,3% en février, taux considéré comme élevé par les pouvoirs publics. C'est pour cela, d'ailleurs, que la Banque centrale de Tunisie a augmenté le taux directeur de 100 points, afin de freiner l'utilisation prononcée des crédits aussi bien par les particuliers que par les chefs d'entreprise. Mais une telle mesure risque de ralentir le rythme des activités commerciales dans la mesure où les consommateurs ne peuvent plus acheter comme d'habitude.

D'après les chiffres officiels disponibles publiés par l'Institut national de la statistique, l'augmentation mensuelle du prix de la viande d'agneau est de 3,1%. De nos jours, il est difficile pour un citoyen de la classe moyenne d'acheter, ne serait-ce que deux fois par semaine, la viande d'agneau dont le prix a atteint 27D,000 le kg ! La viande bovine a enregistré, de son côté, une hausse mensuelle de 1,6% avec un prix de 25D,000 le kg. De nombreux consommateurs se rabattent sur les viandes blanches dont les prix ne sont pas, non plus, à la portée même si ceux des volailles ont connu une baisse mensuelle de 2,7%. Les prix des œufs, qui sont très prisés par les consommateurs tunisiens, ont connu une évolution mensuelle de 2,7%. C'est le cas aussi des fruits frais avec une hausse de prix de 1,2%, du poisson frais avec un accroissement de 1,0%, du lait et du fromage dont les prix mensuels ont augmenté de 0,9%.

L'impératif d'augmenter l'offre

Pour pallier ces insuffisances au niveau des quantités et contribuer à la réduction des prix, une solution devrait être adoptée, à savoir l'augmentation et la diversification de l'offre de tous les produits de consommation fabriqués ou produits localement. L'offre devrait dépasser la demande pour assurer un équilibre et préserver les intérêts de toutes les parties prenantes. Cependant, les prix au niveau de la vente au détail ne devraient pas connaître une chute libre, ce qui ne permettrait pas aux producteurs de couvrir leurs frais de production. A noter que la Tunisie a opté pour la régulation du marché par la loi de l'offre et de la demande sans intervention de l'Etat, sauf pour certains produits considérés de première nécessité dont les prix sont administrés.

Le marché devrait se distinguer par des transactions loyales consacrant la transparence. Le contrôle économique a relevé, néanmoins, que certains commerçants, faisant fi de la réglementation en vigueur, ne s'empêchent pas de faire des spéculations et de stocker des produits pour les vendre ultérieurement au prix fort, quand la situation devient plus favorable, comme le mois de Ramadan. D'autres augmentent les prix à leur guise sans se soucier outre mesure du pouvoir d'achat des citoyens ou n'affichent par les tarifs pour permettre aux consommateurs de choisir en fonction de leur budget et de leurs besoins.

Certes, les prix des intrants et des matières premières sont en constante évolution, ce qui se répercute directement sur le coût de production et, partant, sur les prix de vente au détail, mais le devoir national et l'intérêt supérieur des citoyens exigent que chaque intervenant fasse des sacrifices en faveur du pouvoir d'achat de la classe moyenne qui lutte activement pour sortir indemne d'une crise économique qui n'a que trop duré.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.