26 Mars 2019

Sénégal: Meilleure surveillance de la forêt contre les coupes abusives et trafics de bois - Les eaux et forêts bientôt dotés de drones

Après la révision de son Code forestier, marquée par l'adoption de mesures coercitives contre les coupeurs de bois, les braconniers et autres délinquants et ennemis de la nature et des forêts, le Sénégal envisage de doter ses services (forestiers) de drones pour une meilleure surveillance des forêts. Le ministre de l'Environnement et du Développement durable, Mame Thierno Dieng, l'a annoncé hier, lundi 25 mars à Thiès.

«Des drones pour contribuer à la surveillance de la forêt.» C'est la dernière volonté des autorités étatiques, après la révision du Code forestier et l'implication de toutes les Forces de défense et de sécurité, pour mieux faire face à la coupe abusive et le trafic illicite de bois soutenus par la «dimension extraterritoriale» et la présence de «receleurs en Gambie». Selon l'APS, l'Etat du Sénégal projette d'équiper ses services forestiers de drones, afin de renforcer ses moyens de surveillance encore déficitaires. Mame Thierno Dieng, ministre de l'Environnement et du Développement durable, en a fait l'annonce hier, lundi 25 mars 2019, au Centre Forêt de Thiès où il a présidé la cérémonie d'ouverture du premier atelier de partage sur le nouveau Code forestier promulgué le 16 janvier dernier.

Mame Thierno Dieng qui relève qu'«il est illusoire de vouloir surveiller toute la forêt par voie terrestre», rappelle que de plus en plus d'agents sont recrutés chaque année pour «combler le déficit» en personnel, en plus de l'acquisition de véhicules et de moyens aériens. Seulement, la «dimension extraterritoriale» du trafic de bois, rend le problème «plus difficile», avec des coupeurs de bois clandestins qui «traversent la frontière et trouvent des receleurs en Gambie. Il y a une extraterritorialité que nous ne maîtrisons pas comme nous le souhaitons», a-t-il souligné. Aussi a-t-il reconnu que «le déficit des moyens dans les eaux et forêts est chronique (... ) mais ces deux dernières années, des efforts très appréciables ont été faits en termes de mobilité». Non sans signaler que l'année dernière, «pas moins de 40 véhicules» ont été acquis.

AU MOINS 4 ANS DE PRISONS CONTRE LES COUPEURS DE BOIS

Le Code forestier a été révisé, puis voté en novembre 2018, suite aux douloureux évènements de Boffa Boyotte (Ziguinchor), où 13 jeunes hommes partis à la recherche de bois en forêt, avaient été tués, a rappelé le ministre Mame Thierno Dieng, dans l'APS. Et de préciser que le chef de l'Etat Macky Sall avait alors donné deux instructions concernant la restriction de l'exploitation forestière à la seule région de Tambacounda et la révision du Code forestier. Ainsi, le nouveau Code forestier corse les peines contre la coupe illicite de bois, portant les sanctions privatives de liberté à «un minimum de 4 ans de prison» et celles pécuniaires à un «minimum de 10 à 30 millions».

Le texte législatif et réglementaire supprime aussi le sursis pour certains délits, a insisté M. Dieng qui note que le Code forestier est une «disposition juridique qui s'ajoute à la disposition physique» consistant à mettre à contribution toutes les Forces de défense et de sécurité dans la lutte contre le trafic illicite de bois. D'ailleurs, soutient le ministre de l'Environnement, la Police, la Gendarmerie et l'Armée sont «à égal niveau de volonté et conscience pour adresser cette question, dont les enjeux et les conséquences futurs sont plus graves que ce que nous (vivons) actuellement». La rencontre de Thiès, la première d'une série d'autres prévues dans toutes les régions du pays, vise à partager le nouveau le texte, «pour que ceux qui ont la responsabilité de sa mise en œuvre en aient la meilleure compréhension possible», a-t-il dit.

Sénégal

CAN U17 - L'Angola accompagne le Nigeria en demi-finales et en Coupe du monde

Les équipes du Nigeria et de l'Angola ont validé leur ticket en demi-finales de la 13-ème… Plus »

Copyright © 2019 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.