26 Mars 2019

Cameroun: Electricité - Les raisons des perturbations

Depuis plusieurs semaines, ce malgré les travaux d'envergure engagés par les différents acteurs, les abonnés déplorent des coupures intempestives et autres baisses de tension.

Il y a une semaine, lors de la 10e session du Cameron Business Forum, Célestin Tawamba, président du Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam) décrivait le vécu des entreprises par rapport au courant électrique, en parlant d'une moyenne de 20 à 30 coupures par jour.

Hier encore à Yaoundé, au centre-ville comme dans la zone industrielle, on a vécu un jeu de guirlandes lumineuses dans les entreprises entre la fin de la matinée et le début de l'après-midi.

« Depuis plusieurs semaines nous vivons ces coupures qui ont des impacts considérables sur le rendement. Les sommes englouties par semaine pour faire fonctionner le groupe électrogène sont impressionnantes », indique un chef d'entreprise.

Un autre opérateur économique déplore les dépenses générées en termes de régulateurs de tension et autres onduleurs pour protéger les appareils contre les baisses de tension. Et il n'y a pas que les sociétés qui en pâtissent. Christine M. Couturière à Bafoussam ne compte plus les incompréhensions avec ses clientes parce qu'elle n'a livré le travail à temps. « Au début certaines ne me croyaient pas, mais elles ont fini par comprendre », raconte la jeune dame.

Dans les domiciles, la situation n'est guère différente. Armelle T., cadre à Douala, compte plus de jours sans qu'avec lumière dans son quartier à Mboppi.

Au point où sa fillette a composé une chanson pour faire revenir le courant électrique. Marie- Thérèse Abena, résidant à Yaoundé a échappé à un incendie il y a quelques jours parce que ses ampoules avaient explosé au retour du courant électrique après plusieurs heures d'interruption.

«Un technicien m'a expliqué que la tension était très forte au retour du courant, mais depuis ce jour, j'ai du mal à faire tourner mon mixeur », se plaint la jeune femme.

Yvette N., mère de famille est sans eau depuis trois jours parce que l'intensité du courant ne permet pas de faire fonctionner le moteur de son forage. « Il est même impossible de faire du repassage et j'ai peur de perdre ma réserve de nourriture parce que le congélateur ne marche pas bien», explique la dame.

Dans ce quartier et ailleurs, ceux qui en ont les moyens se déportent sur les groupes électrogènes, mais ils craignent pour les effets de la fumée sur leur santé et l'environnement.

Pourtant, ces dernières semaines, des communiqués du ministre de l'Eau et de l'Energie annoncent des travaux à travers le pays avec pour objectif de « préserver l'équilibre entre l'offre et la demande en électricité et améliorer la qualité du service public de l'électricité », précisait Gaston Eloundou Essomba dans l'un de ces communiqués. Les abonnés dans leur ensemble attendent donc de profiter des améliorations induites par ces différents travaux

Cameroun

Crise anglophone - Les forces de l'ordre accusées de violer des femmes et de tuer des civils

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a dénoncé ce jour des tortures et autres exactions perpétrées… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.