26 Mars 2019

Congo-Brazzaville: Volleyball - La troisième édition chalenge Sara-Ahoui a mis les enfants à l'honneur

La Fédération congolaise de volleyball (Fécovo) a organisé, en partenariat avec la vétérane 2018-2019, Sara Ahoui, un tournoi des centres de formation de volleyball, du 21 au 22 mars à Brazzaville. Dans le cadre de cette compétition, la vétérane a animé une conférence de presse au cours de laquelle elle a justifié le choix porté sur les plus jeunes.

Au cours de son échange avec les journalistes, Sara Ahoui a soutenu que ce tournoi avait pour but de contribuer à la formation des jeunes dont l'âge varie entre 8 et 14 ans, précisément les benjamins, les minimes et les cadets. Ce genre d'initiatives, a-t-elle expliqué, suscite des vocations et le volleyball a besoin d'être pratiqué par un plus grand nombre parce que c'est un sport noble. Selon elle, ce sport développe le fair-play et le savoir vivre dans l'esprit des enfants. « Je souhaite que les enfants s'imprègnent de ce sport et qu'ils l'aiment davantage, à travers une pratique habituelle. Ce tournoi est un investissement à long terme du fait qu'il fait la promotion du volleyball et suscite le désir auprès des enfants », a précisé Sara Ahoui.

Au-delà du sport, cette compétition qui s'est déroulée au gymnase Henri-Elendé visait le brassage des enfants venus de plusieurs centres de formation de Brazzaville. C'est également la réponse à un problème de ressources humaines parce que cela concerne les plus jeunes, donc les futurs athlètes.

Avec la fédération, Sara Ahouoi réfléchit à l'organisation d'un tournoi national pour le renforcement des liens de fraternité entre les enfants. Une manière, a-t-elle dit, de faire la promotion du sport. Aussi a-t-elle visité trois centres de formation, sur les six que compte Brazzaville, avant d'aller rencontrer à Madingou, dans la Bouenza, les enfants des centres de formation venus de Pointe-Noire, de Dolisie et de la Lékoumou.

La Fécovo, a ajouté la vétérane, souhaite réaliser plusieurs activités mais se trouve confrontée au manque de moyens matériels et financiers. « Le volleyball a vraiment besoin d'appui, nous avons besoin d'aide. Nous attendons impatiemment les mécènes, les subventions et les sponsors », a -t-elle lancé, avant de conclure : « Je suis le fruit du volleyball car ce sport m'a tout donné. Je me revois à travers ces enfants. L'avenir, ce sont les enfants. Si on leur donne tous les moyens possibles, c'est notre pays qui gagnera ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.