Algérie: Vers une procédure d'empêchement pour Abdelaziz Bouteflika?

Photo: APS
Le général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP),

En Algérie, l'armée retire son soutien au président malade: le chef de l'état-major réclame au Conseil constitutionnel de constater l'incapacité du chef de l'Etat à assumer ses fonctions.

Les choses semblent s'accélérer en Algérie. Après des semaines de contestation populaire contre un nouveau mandat du président Bouteflika, c'est maintenant le chef d'état-major de l'armée qui réclame le départ du chef de l'Etat.

Le couperet de l'article 102

Le général Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major, a surpris : il propose de recourir à l'article 102 de la constitution pour démettre le président.

L'article stipule que le Conseil constitutionnel peut se réunir "de plein droit" "lorsque le président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l'impossibilité totale d'exercer ses fonctions".

Le Conseil peut alors proposer au Parlement de déclarer l'empêchement du chef de l'Etat jugé "inapte".

Et effectivement, il y a quelques minutes, la chaîne de télévision El Bilal annonçait une réunion spéciale du Conseil constitutionnel à Alger.

Une période d'intérim de 45 jours maximum

Les jours d'Abdelaziz Bouteflika à la tête de l'Algérie sont donc peut-être comptés : si le Conseil constitutionnel demande au Parlement de prononcer son empêchement et que les députés suivent sa recommandation à une majorité des deux tiers, une période d'intérim de 45 jours maximum serait déclarée, durant laquelle le président du Conseil de la nation, la chambre haute du Parlement, exercerait les prérogatives du président empêché, avec quelques restrictions par rapport à un mandat plein.

Si l'intérim devait se poursuivre au-delà de 45 jours, la vacance définitive du pouvoir serait constatée "par démission de plein droit" du chef de l'Etat.

L'élection présidentielle devrait alors être organisée sous un délai de 90 jours.

Un président octogénaire très diminué

Abdelaziz Bouteflika est au pouvoir depuis vingt ans maintenant. Il a 82 ans, est très affaibli - d'ailleurs il est en fauteuil roulant et ne participe plus à aucune manifestation publique depuis des années.

La présidentielle qui devait avoir lieu en avril a été repoussée sine die, suite aux manifestations contre un cinquième mandat d'Abelaziz Bouteflika... un report qui a prolongé de fait le mandat du président en exercice et a alimenté la colère des Algériens qui continuent de descendre dans la rue. Cette fois pour demander son départ.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.