Algérie: Le chef d'état-major demande au Conseil constitutionnel de proposer l'État d'empêchement

Photo: APS
Le général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP),

Le général Ahmed Gaid Salah, chef d'état-major de l'armée algérienne, a dans un discours diffusé à la télévision publique, appelé à l'application de la l'article 102 de la Constitution. Si le Conseil constitutionnel accepte ses recommandations, Abdelaziz Bouteflika serait frappé d'une procédure d'empêchement.

Si l'application de l'article est promue, c'est le président du Conseil de la Nation (chambre haute), qui prendrait alors l'intérim pendant 45 jours. Si "l'empêchement" se poursuit à l'issue de ce délai, est déclarée la "vacance" du pouvoir.

L'intérim se poursuit durant 90 jours maximum, période durant laquelle une présidentielle est organisée. Aux dernières nouvelles, les 72 membres du Conseil constitutionnel se réunissent en ce moment.

A noter que le Président Bouteflika est mal en point depuis 2013, à cause des séquelles d'un AVC. A 82 ans, il est confronté depuis quelques temps à une grogne populaire qui réclame son départ du pouvoir. Sans concession.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Confidentiel Afrique

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.