Afrique: Le continent veut miser sur ses ressources pour ne pas rater la quatrième révolution industrielle

CoM 2019 : Cloture
27 Mars 2019

Les pays membres de la Commission économique pour l’Afrique (Cea) ont rappelé la nécessité de compter sur les propres ressources du continent pour ne pas rater la quatrième révolution industrielle instaurée par le numérique. C’est sur cette prise de conscience et un élan d’engagement qu’ils se sont séparés au terme de la 52ème Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique qui vient de prendre fin à Marrakech, la ville ocre du Maroc.

– La 52ème Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique qui avait convoqué la réflexion sur « La politique budgétaire, le commerce et le secteur privé à l'ère du numérique : Une stratégie pour l'Afrique », a vécu.

Techniciens, responsables étatiques, organismes internationaux de développement, entre autres, ont convenu de la nécessité de miser davantage sur les ressources africaines pour sortir le continent l’ornière.

En conférence de presse de clôture, Mme Giovanni Biha, Secrétaire exécutive adjointe de la CEA de lancer : « l’Afrique ne peut pas rater la quatrième révolution industrielle qu’est le numérique ».

A son avis, le continent est dans l’obligation de se doter des moyens pour aller vers des taux de croissance à deux chiffres, essentiel pour le développement.

Avant de souligner qu’il y a l’expertise et les connaissances au niveau du continent qui peuvent être mieux être utilisées et qu’au niveau du numérique, il faut que les pays africains se dotent de stratégies volontaristes et ambitieuses.

Dans cette dynamique, Mme Biha plaide pour une meilleure intégration des jeunes dans la décision publique et politique pour absorber les retards sur le numérique.

Dans ce même élan d’optimisme et d’engagement, soutenu par une volonté à aller de l’avant, M. Zouhair Chorfi, Secrétaire général du Ministère de l'Economie, des Finances et du Plan marocain estime que « l’Afrique a des ressources de qualité pour mieux prendre son destin en main ».

De cette conférence, il retient une démarche, une volonté et un sens de la responsabilité avec une envie de prendre notre destin en main.

Pour lui, « on ne passe pas d’une croissance de 3% à 9% avec des discours mais avec une vision stratégique ».

A son avis, les acteurs qui ont pris part à ces assises de Marrakech n’ont pas réinventé la roue. La déclaration finale de conférence a donné une cohérence et fait savoir que la révolution numérique est une réalité à prendre en charge de manière coordonnée.

A son avis, il y a une obligation pour les Etats africains de mettre en place des moyens financiers pour une digitalisation réussie.

Dans ce contexte du numérique, il juge crucial l’apport des statistiques mais aussi des médias.

A son avis, les Africains sont capables de créer une nouvelle dynamique dans laquelle la question des médias est centrale à l’ère du numérique.

A cet effet, il rappelle la responsabilité des gouvernements à l’égard des médias du point de vue de disposer des stratégies de communication claires et crédibles pour accompagner les programmes de développement.

« Rien ne se fait sans l’adhésion de l’opinion publique d’où la nécessité de les informer avec toute objectivité ».

Par ailleurs, fait-il remarquer, les médias ont leur contrainte avec leur univers concurrentiel mais ils doivent être objectifs et éviter d’être utilisé comme outil de propagande.

Interpellée sur le leadership que veut incarner le Maroc dans cette dynamique,  M. Chorfi assure avec certitude que le Maroc va bientôt ratifier l’accord de la Zone de libre-échange continental africain (Zleca).

A l’en croire, son pays qui assure la présidence du Comité technique de la CEA, pour un an, veut aller au-delà de la signature de cet accord qui nécessite une mise à niveau de plusieurs aspects.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.