Tunisie: Gare ! Le parasite est de retour

27 Mars 2019

Un environnement pollué, des flaques d'eau stagnantes et des tas de déchets de phosphates jetés dans les oueds et les cours d'eau. Autant de milieux qui permettent au parasite causal de se multiplier.

Les chiffres font grincer des dents et renseignent sur le risque de propagation. Rien que dans la ville de Métlaoui, ils sont 900 cas signalés parmi 2500 dans tous le gouvernorat en décembre 2018 et en l'absence d'un dermatologue à l'hôpital régional de Gafsa, la situation risque d'empirer.

Le cri d'alarme est lancé d'autant plus que les «points noirs» dans le périmètre communal ne font que se multiplier en l'absence d'une stratégie municipale pour entreprendre un coup de lifting et traiter ces milieux ambiants et endiguer ainsi la multiplication parasitaire.

Pour le directeur du service des soins et de santé de base (Sssb) à Gafsa, l'éclosion des parasites est souvent liée à l'actuelle saison. L'augmentation des cas recensés suit un rythme cyclique périodique de 5 ans et l'année 2019 représente une période propice à la propagation du parasite responsable de la maladie, indique le directeur du Sssb.

Pour en savoir plus sur la dangerosité de cette infection cutanée, nous nous sommes adressé à un spécialiste en dermatologie et auteur de travaux de recherches sur la leishmaniose qui nous a fait savoir que la pénurie des médicaments administrés pour cette pathologie risque de favoriser une aggravation des cas touchés par ce parasite. Il a, par ailleurs, pointé du doigt la précarité hygiénique de certaines zones dans la ville mettant en question la stratégie des élus de la ville pour la mise au point d'un plan visant à traiter les points noirs qui favorisent la multiplication du parasite responsable.

Côté dépistage, une initiative louable a été lancée par le centre régional de médecine scolaire et universitaire. Il s'agit d'une action de sensibilisation dans les établissements scolaires et universitaires avec le souci majeur de veiller à orienter les cas signalés vers les centres de soins et de santé de base.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.