Tunisie: Lettre ouverte au gouvernement - La phase de décision

27 Mars 2019

Le désengagement de l'Etat, les difficultés d'accès aux soins et la réticence des médecins spécialistes à travailler dans les régions n'ont fait qu'aggraver la situation.

Ce dont avait, à maintes reprises, alerté l'Association tunisienne de défense du droit à la santé. Et l'élan protestataire n'a pas cessé de s'intensifier. Le Conseil d'aujourd'hui aura, fort probablement, à examiner un projet de loi sur la responsabilité médicale, censé pousser le corps médical et paramédical à honorer son engagement aussi bien moral que professionnel. Faute de quoi, les patients auront du mal à prouver tout ce qui pourrait leur porter atteinte. Pour toutes ces raisons, la Coalition civile de défense du service de la santé publique vient, récemment, d'adresser au gouvernement Chahed une lettre ouverte, dans laquelle les dix associations signataires ont interpellé les décideurs à prendre les choses en main. Elles ont insisté sur le fait de prendre des mesures urgentes pour sortir le secteur de sa crise. Soit un plan de réforme à court terme, tel qu'a été revendiqué auparavant : financement de nos hôpitaux, paiement des dettes de la Cnam au profit du secteur, restructuration de la carte sanitaire, réserves permanentes en médicaments nécessaires, bonne gouvernance pour faire face à la corruption, augmentation des investissements publics dans le domaine et ouverture d'un dialogue participatif sur le secteur, sans exception aucune.

Il est bon de rappeler, ici, qu'un projet de réforme sanitaire a été bel et bien engagé, depuis 2012, au temps de l'ex-ministre de la Santé, Mohamed Salah Ben Ammar. Entre-temps, on a beaucoup parlé d'un livre blanc du secteur, annotant toutes les recommandations pouvant apporter des solutions à la crise du secteur, laquelle crise ne date pas d'hier. Mais elle est la résultante d'une politique sectorielle qui avait fait preuve de son échec, il y a bien longtemps.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.