Seychelles: La perruche à collier officiellement éradiquée des Seychelles après 8 ans de travail

Dans l'intérêt de la population de perroquets noirs de la nation insulaire, la Seychelles Islands Foundation (SIF) a confirmé l'éradication de la perruche à collier, après que l'espèce envahissante n'ait pas été vue depuis plus d'un an et demi.

Depuis le début du projet en 2011, 500 perruches à collier ont été abattues. Le dernier oiseau connu a été abattu dans la région de Morne Blanc, à l'ouest de l'île principale de Mahé, en août 2017. En l'absence de traces d'oiseaux sauvages au cours des 18 derniers mois et de la phase finale du suivi, l'éradication est terminée et peut maintenant être déclaré comme réussi.

SIF a déclaré lundi lors d'une conférence de presse que les Seychelles étaient le premier pays au monde à éradiquer cette espèce envahissante.

«De nombreux pays ont tenté d'éradiquer l'espèce. Nous avons également assisté à un certain nombre de conférences internationales où nous avons présenté nos travaux et nous savons donc que d'autres pays s'efforcent sans succès d'éradiquer l'espèce », a déclaré Frauke Fleischer-Dogley, directrice générale de SIF.

Aux Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, les perruches constituaient une menace majeure pour le perroquet noir endémique.

Bien que les perruches à collier aient été confinées à Mahe, si elles avaient établi une population sur Praslin, la deuxième plus grande île, l'espèce aurait probablement fait une concurrence agressive aux perroquets noirs pour la nourriture et les sites de nidification.

L'espèce est également atteinte de la maladie du bec psittacin et de la plume (PBFD), une maladie qui affecte le plumage et le bec de perroquets infectés.

La perruche à collier est l'une des espèces les plus envahissantes au monde et la plus largement introduite. Il a des populations reproductrices dans près de 40 pays en dehors de son aire de répartition d'origine.

L'espèce a été introduite aux Seychelles dans les années 1980 en tant qu'animal de compagnie en cage. Cinq individus ont été aperçus à l'état sauvage en 1997. Suite à une enquête réalisée en 2001 au Jardin du Roi dans le district d'Anse Royale (sud du pays), le ministère de l'Environnement comptait entre 20 et 25 individus. C'est à ce moment que le projet d'éradication a été lancé.

La Fondation des Îles des Seychelles a repris le projet d'éradication avec la collaboration du Ministère de l'environnement, de la police et des forces de défense du peuple des Seychelles. Ce soutien, associé à un financement de l'Union européenne, du Fonds d'affectation spéciale pour l'environnement aux Seychelles et du Fonds pour l'environnement mondial, a assuré le succès de l'éradication.

SIF a déclaré que la réintroduction de la perruche à collier dans la nature est hautement improbable car il est interdit aux Seychelles d'importer n'importe quel oiseau.

«Si une personne voudrait importer une espèce d'oiseau, il devrait passer par le département de l'environnement ainsi que par le bureau vétérinaire pour obtenir les permis nécessaires. Il est interdit d'importer des perroquets en raison de la maladie du bec et de la plume.

En outre, la plupart des perroquets que les Seychellois ont importés dans le passé sont désormais classés comme étant en danger critique d'extinction au titre de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction », a déclaré Ashley Dias, directrice de la Section de la conservation de la biodiversité.

SIF a mené avec succès d'autres programmes d'éradication, notamment l'éradication des chèvres, des rats noirs, des chats sauvages, des fodies de Madagascar et du sisal d'Aldabra, l'un des sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO aux Seychelles.

Actuellement, SIF a déclaré l'état d'urgence en ce qui concerne l'éradication des fourmis folles jaunes qui menacent la faune endémique de la Vallée de Mai, en particulier les limaces, les escargots et les caeciliens. Si ces espèces sont retirées, cela affectera la pollinisation du coco de mer.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.