28 Mars 2019

Tunisie: Qu'est-ce qui ne marche pas ?

L'orientation, un malaise professionnel

Attia indique qu'à la veille de l'Indépendance, la Tunisie a fait le choix d'assurer une éducation de base aux enfants en âge scolaire. Mais cinquante ans après, la question de l'orientation ne se pose pas encore, ce qui fait de l'éducation à l'orientation un nouvel objet d'enseignement, alors que l'orientation est une pratique ancienne. « Les chiffres ne manquent pas pour nous rappeler l'urgente nécessité d'adopter une approche éducative de l'orientation. Le nombre de diplômés chômeurs de l'enseignement supérieur est estimé à 258.600 en 2018. Il existe pas moins de 145 mille postes d'emploi vacants et on enregistre des milliers de demandes de réorientations chaque année.

Donc, le constat est clair, il existe un manque d'information sur les professions, les filières et sur le marché de l'emploi. Ceci est le résultat de l'absence d'un référentiel tunisien des métiers et des compétences jusqu'à 2018, d'une insuffisance du nombre de séances informationnelles, d'une absence d'un guide national d'orientation scolaire et d'une information succincte et documentaire», a-t-elle précisé, ajoutant que, face à cette réalité amère et inquiétante, un livret, qui est un outil d'accompagnement du jeune dans le monde professionnel, est nécessaire pour une bonne gouvernance de l'orientation scolaire et universitaire dans notre pays.

La conseillère souligne, également, que ce livret, qui vise à aider l'élève à construire et mettre en œuvre son futur projet professionnel, a comme objectif primordial d'améliorer les compétences liées à l'information en apprenant à chercher les informations à partir des sources disponibles (dépliants, internet, professionnels... ) et les sélectionner, synthétiser et hiérarchiser. C'est un outil qui permet, également, d'optimiser les compétences liées à l'orientation en amenant l'élève à réfléchir sur les activités à exercer, sur les atouts dont on dispose, sur les moyens à mettre en œuvre pour acquérir les compétences requises. Il doit apprendre également à prendre une décision de manière méthodique et concevoir un projet professionnel...

Le jeune et la maturité vocationnelle

D'après Attia, la maturité vocationnelle implique une connaissance de soi, de son environnement et des conditions du marché du travail. «C'est la synergie entre ces trois éléments qui favorise la prise de décision ».

Mais, pour atteindre la maturité vocationnelle, l'élève doit passer par plusieurs étapes. Il doit explorer les diverses composantes de son identité personnelle et découvrir les différents métiers. Pour la spécification, il doit spécifier ses préférences pour évoluer vers un choix professionnel précis. Finalement, pour la réalisation, c'est l'étape de choix. L'élève doit planifier le projet, établir une stratégie ainsi qu'un plan alternatif pour réaliser son choix.

« Malheureusement, la pratique suivie actuellement est fixiste ; on rencontre l'élève seulement deux fois par an, ce qui ne permet pas de l'aider à élaborer son projet scolaire ou professionnel. C'est pour cette raison qu'on a adopté l'éducation à l'orientation qui suit un processus bien déterminé pour accompagner l'élève. A cette fin, on a plaidé pour la création d'un manuel contenant des objectifs permettant la réalisation de ce projet », précise Attia.

Quelles fonctions ?

La conseillère indique que ce livret ne concerne pas l'élève seulement. C'est un outil qui permet d'assurer la visibilité du corps éducatif pour aider les enseignants lors du conseil d'orientation, lors des demandes de réorientation... Donc, il concerne à la fois l'élève, les enseignants, le professeur chargé d'orientation, l'institution, les parents et le conseiller en orientation. « Dans la plupart du temps, on fait face à un dossier pauvre de l'élève, ce qui ne permet pas à la commission de trancher et de prendre une bonne décision ou donner un avis favorable à l'élève. Mais une fois lancé, ce livret permettrait à l'institution de mieux gérer financièrement, pédagogiquement et administrativement l'orientation», explique-t-elle.

Dans ce cadre, pour mesurer l'impact et l'importance du livret sur les élèves, une formation a été assurée auprès d'un échantillon de 28 élèves. Attia indique que les élèves qui ont bénéficié de l'expérience -- le choix d'orientation était libre -- ont eu la possibilité de discuter avec des enseignants ou des parents de leur orientation. Pour la réorientation, une seule demande a été enregistrée. Mais ce qui attire l'attention, c'est le vocabulaire utilisé qui était riche et spécifique, en rapport avec le métier parce que cette catégorie en sait beaucoup plus, avec une motivation assez importante. Cet échantillon a, également, manifesté l'envie de suivre une formation complémentaire qui va lui permettre d'avoir une profession décente. Pour les élèves qui n'ont pas bénéficié de l'expérience, 20.83% des choix ont été dictés ou influencés avec 16.66% de demandes de réorientation et un vocabulaire pauvre et générique. « Ils peuvent vous parler du domaine dans lequel ils veulent travailler, mais rarement ils vous disent quel métier ils veulent exercer», indique-t-elle.

A cet égard, pour achever convenablement ce chantier et atteindre les objectifs fixés, Attia propose de travailler sur sept axes majeurs. Il s'agit d'assurer un temps scolaire pour l'orientation, des formations de conseillers, des centres de documentation et d'information décentralisés, l'interdisciplinarité, de programme d'éducation à l'orientation, la création d'organismes spécialisés d'information, de programme de stages dans les entreprises au profit des élèves. « Le ministère doit adopter l'idée de l'éducation à l'orientation. Il ne serait pas responsable, de la part de l'institution, de laisser de jeunes élèves se débrouiller seuls face à la complexité de la tâche de l'orientation », conclut-elle.

Tunisie

MMA - Titre et jackpot pour le Tunisien Mansour Barnaoui

Mansour Barnaoui a remporté, à Jeju-si (Corée du Sud) samedi 18 mai, un combat charnière… Plus »

Copyright © 2019 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.