28 Mars 2019

Guinée: L'arrestation de Lansana Camara est une violation de la loi sur le délit de presse

communiqué de presse

Le journaliste Lansana Camara est en garde à vue depuis mardi pour avoir publié un article mettant en cause le gouvernement dans une affaire de détournement. Son arrestation viole la loi sur le délit de presse actuellement en vigueur en Guinée.

Le journaliste guinéen, administrateur général du site conakrylive.info, a été arrêté et placé en garde à vue, le 26 mars, à la Direction de la police judiciaire à Conakry, pour avoir publié un article mettant en cause le gouvernement, dans une affaire de détournement de fonds.

Lansana Camara, également correspondant l'Agence Chine Nouvelle en Guinée, a été convoqué par la police, suite à une plainte du ministère des Affaires étrangères et des Guinéens de l'Etranger pour diffamation. Après son audition, il a été placé sous mandat de dépôt,

"Reporters sans frontières (RSF) exige sa libération immédiate conformément à la loi sur la presse qui exclut les peines d'emprisonnement pour sanctionner les délits de presse en Guinée", déclare Assane Diagne, responsable du bureau Afrique de l'Ouest de RSF.

"Cette arrestation constitue une entrave à la liberté d'information et une manière d'empêcher le journalisme d'investigation".

Selon des informations recueillies par RSF, les associations de presse annoncent une marche de protestation, si Lansana Camara n'est pas libéré d'ici mardi.

La Guinée occupe la 104e place au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2018.

Guinée

CAN 2019-Guinée - Une présélection de 25 joueurs avec Naby Keita

Le sélectionneur du Syli National de la Guinée, Paul Put, a dévoilé une liste de 25 joueurs… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Reporters sans Frontières. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.