Maroc: Défections en masse au sein du Polisario

Les récents ralliements à la mère patrie ne sont pas sans rappeler ceux de 2010

Mardi, 25 mars, un groupe de 12 éléments de la milice du Polisario ont rallié la mère patrie. Bravant les multiples risques, ils ont pu rejoindre le mur de protection au niveau de Mahbes malgré les nombreuses patrouilles des séparatistes et les champs de mines qui recouvrent une grande partie des terrains séparant les bases de ladite milice du mur de sécurité.

Pour rappel, le capitaine rebelle qui avait rejoint la mère patrie, le 18 mars, avait annoncé l'arrivée prochaine de ce groupe.

Présentés par certains médias comme des «activistes» ayant fui les camps de Tindouf, ils ont été accueillis par une unité des Forces Armées Royales (FAR) stationnée au niveau du mur de sécurité, du côté de Mahbes. Glorifiant le Roi, ces membres du Polisario ont été accueillis, avec tous les égards, par les membres de l'unité des FAR

Si pour le moment, ces ralliements sont accueillis avec satisfaction, tant par les politiques marocains que par les médias, ils doivent être pris avec une extrême prudence. Surtout quand on sait que le prétendu ministre du Polisario chargé des territoires et des diasporas qui n'est autre que le frère cadet du fondateur du Polisario avait annoncé dernièrement que « l'intifada des territoires occupés » doit être réanimée et que les séparatistes de l'intérieur doivent bouger pour déstabiliser les villes marocaines.

Cette vague de ralliements qui n'est pas sans rappeler les vagues de ralliements qui avaient précédé les tristes évènements de G'Dim Izik ayant fait un grand nombre de blessés et des pertes humaines dans les rangs des forces de l'ordre.

Au début de 2010 et durant plusieurs mois, des centaines de Sahraouis des camps de Tindouf avaient, en effet, regagné le Maroc. A l'époque, les médias et les politiques marocains évoquaient alors un «Polisario en débandade» ou «en déroute». Certains étaient même allés jusqu'à prédire la «fin du mouvement séparatiste». Mais toutes ces prédictions avaient alors été démenties par l'édification du camp de G'Dim Izik, puis son démantèlement qui a conduit à l'assassinat de 11 éléments des forces de l'ordre. Depuis lors, les responsables marocains ont tiré les leçons de cet indicent tragique en mettant en place un contrôle strict des demandes des sahraouis des camps qui souhaitent retourner au Maroc.

Vu la situation qui prévaut en Algérie, les chefs du Polisario feront n'importe quoi pour nuire à la stabilité du Maroc et, par conséquent, la vigilance des services de sécurité doit rester de mise.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.