Mozambique: À Beira, ce qui restait du Grande hôtel a survécu au cyclone Idai

C'est un endroit emblématique de la ville de Beira, au centre du Mozambique. Le Grande hôtel, un hôtel fastueux construit à l'époque coloniale qui a connu son heure de gloire dans les années 1980 jusqu'à sa faillite après l'indépendance.

Petit à petit, des familles se sont installées dans le bâtiment. Aujourd'hui, le Grande hôtel abrite 9 000 personnes. Du beau bâtiment art-nouveau, il ne reste que le squelette de béton. Mais bien que le cyclone Idai ait détruit près de 90% de la ville de Beira, le Grande hôtel lui, est toujours là.

« Qu'est-ce que vous voulez voir en premier, le couloir ? Là, c'est l'église, elle a beaucoup souffert. » Beatriz est la présidente du conseil des habitants du Grande hôtel. Voilà 23 ans qu'elle habite là, des histoires à raconter, elle en a beaucoup, mais le cyclone Idai reste la plus impressionnante : « Quand le vent s'est mis à souffler, tout s'est envolé : les portes, les fenêtres... Le vent est rentré, tout ce qui était dans les maisons, s'est cassé. Le vent tourbillonnait à l'intérieur de l'hôtel. Ailleurs, les gens ont vu leur maison tomber, mais ici, dans l'hôtel c'était une vraie tempête. »

Joao Carlitos habite au 2e étage, tout au bout de l'aile. Il nous invite dans sa chambre. « On vit ici avec ma femme et nos trois enfants. On cuisine là, sur le balcon. Ça, c'est la chambre d'hôtel qui nous sert de salle à vivre. On y mange, on y dort. Le jour du cyclone, le bâtiment tremblait fort, mais rien de s'est cassé chez nous. Ceci dit, on n'a presque rien », raconte-t-il.

Assis au bord de la piscine olympique transformée en lavoir géant, Alfredo Nindo fume une cigarette. Sa chambre a été détruite par le cyclone. Avec sa famille, ils vivent maintenant aux quatre vents. « On n'a pas de matériaux pour réparer. Ça coûte trop cher. Une porte coûte 5 000 meticais, avant le cyclone c'était 2 000. Là c'est chez ma belle-sœur, on a réparé avec quelques panneaux de taule récupérés, pour essayer de vivre un peu décemment. »

Les habitants du Grande hôtel se disent prêts à quitter les lieux, à condition que la ville leur fournisse des terrains.

Quand le vent s'est mis à souffler, tout s'est envolé : les portes, les fenêtres... Le vent est rentré, tout ce qui était dans les maisons, s'est cassé. Le vent tourbillonnait à l'intérieur de l'hôtel. Ailleurs, les gens ont vu leur maison tomber, mais ici, dans l'hôtel c'était une vraie tempête...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.