29 Mars 2019

Cameroun: Corridor Douala-Bangui - Le trafic a repris

Les rebelles centrafricains ont levé le blocage de la ligne Beloko-Bangui, en territoire centrafricain.

Ça roule à nouveau sur le corridor Douala-Bangui. Du côté de Garoua-Boulaï, en territoire camerounais, fini les longues files de camions, immobilisés dans cette ville frontalière. Aladji Hassana, président régional du Groupement des transporteurs terrestres du Cameroun (GTTC) de l'Est, se réjouit de cette situation.

« La circulation est rétablie. Les camions sont en train de circuler depuis 8h du matin (mercredi dernier Ndlr). Ils prennent la direction de Bangui. Il n'y a pas de souci de notre côté au Cameroun. Tous les camions sont en train de traverser de la frontière. Il n'y a pas de problème à Garoua-Boulaï».

C'est également le soulagement chez les autorités administratives, municipales et les populations locales, qui étaient inquiètes de ce blocus généralisé. Une situation qui connaît donc un dénouement heureux, et dont l'origine remonte au 3 mars dernier, au lendemain de la formation du gouvernement centrafricain, après l'ac cord de paix de Khartoum.

Certains leaders de groupes rebelles signataires de cette offre de paix, qui n'avaient pas intégré le gouvernement dirigé par Firmin Ngrebada, ont manifesté leur mécontentement en bloquant la ligne BelokoBangui, en territoire centrafricain. Une ligne dont l'embouchure commence à Garoua-Boulaï. Seuls les vivres étaient alors autorisés vers Bangui. Au niveau de Garoua-Boulai, des centaines de camions ont été immobilisés.

Idem à Beloko où plus de 127 engins étaient bloqués. Sous l'égide de l'Union afri caine (UA), les protagonistes de la situation centrafricaine se sont retrouvés à Addis-Abeba pour renouer à nouveau le dialogue. En fin de compte, un accord a été trouvé entre les parties prenantes et le blocus du corridor Douala-Bangui a été levé.

Cameroun

Crise anglophone - Les forces de l'ordre accusées de violer des femmes et de tuer des civils

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a dénoncé ce jour des tortures et autres exactions perpétrées… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.