Tunisie: La voix des jeunes dans les médias

30 Mars 2019

Il vise à susciter davantage de débats pluriels, où les voix des jeunes sont véritablement représentées et à renforcer les échanges entre les médias audiovisuels et la société civile. «Voici le concept qui a été présenté, lors de la conférence de presse organisée par les trois initiateurs de ce projet,: DW Academy (Allemagne), Alkhatt (Tunisie) et Al-Jana (Liban). «Shabab Live», à cette occasion, a lancé un appel à projet pour les ONG locales ainsi que les chaînes TV et Radio locales afin de sélectionner 18 projets donnant la parole aux jeunes par le biais des médias.

En chiffres, les organisateurs ont présenté ce programme comme suit : près de 105 millions de jeunes dans la région Mena sont visés par «Shabab Live». Deux millions d'euros est le budget total de ce programme avec des opportunités de subvention de 100,000 à 125,000 euros pour les ONG et les radiodiffuseurs, six pays ciblés (Tunisie, Maroc, Algérie, Liban, Jordanie et Palestine). Ce programme s'étend sur 36 mois d'avril 2018 à mars 2021.

Lors de cette conférence, également, les résultats de l'enquête menée par «Shabab Live» sur les perceptions et les attentes des jeunes de la région Afrique du Nord-Moyen-Orient envers leur diffuseurs ont été annoncés. Ainsi, la majorité des participants ont perçu les radiodiffuseurs comme étant directement ou indirectement orientés par les gouvernements et par les partis politiques influents.

Cette donnée a un impact négatif sur les perceptions des participants parce qu'elle met en doute la crédibilité et l'objectivité des diffuseurs. De nombreux participants ont noté que les programmes des radiodiffuseurs et le contenu manquent de diversité dans les opinions et en particulier celle des jeunes. Le manque de liberté d'expression dans ces pays a été également souligné.Les participants à cette enquête croient aussi que les diffuseurs sont déconnectés des cercles juvéniles, et ne jouent pas leur rôle de catalyseur dans leur responsabilisation. Toujours selon les participants, les médias ne sont pas en train d'effectuer un changement positif dans leur environnement.

Les recommandations des jeunes on été les suivantes : les médias sont appelés à se concentrer sur des questions concernant les jeunes, sur des idées locales pertinentes et pas sur des idées et des concepts importés. Développer les contenus sous-représentés tels que les contenus culturels, éducatifs et scientifiques, mais aussi les contenus considérés comme tabous tels que l'éducation sexuelle, la religion et l'extrémisme qui figurent aussi parmi les recommandations les plus pressantes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.