30 Mars 2019

Gambie: «Le grand braquage gambien» sous Yahya Jammeh dévoilé

Sous le régime de Yahya Jammeh, l'équivalent d'au moins 360 millions de dollars a été soustrait aux caisses de l'Etat via un système de corruption et de transactions financières complexes, d'après un rapport au gouvernement. Dans le même temps, un consortium de journalistes d'investigation raconte comment l'ancien chef de l'Etat et ses proches ont détourné énormément d'argent public.

En 22 ans, Yahya Jammeh et son cercle rapproché auraient détourné au moins 975 millions de dollars, selon l'Organized crime and corruption reporting project (projet de signalement du crime organisé et de la corruption), qui publie « le grand braquage gambien », une enquête sur le régime Jammeh.

Plus des deux tiers de cette somme seraient issus de fraudes au niveau de la compagnie nationale de télécoms et de revenus illicites obtenus grâce à la vente de bois. L'enquête de ce consortium de journalistes affirme par ailleurs que l'ancien président a utilisé la Banque centrale de Gambie comme sa caisse noire personnelle, à laquelle il a eu un accès illimité.

Autre source de revenus, un plan d'aide au développement financé par Taiwan. Un pays dont Yahya Jammeh avait reconnu l'indépendance dès 1995, un an tout juste après sa prise de pouvoir.

Tout cet argent a permis à l'ancien chef d'Etat de maintenir un train de vie luxueux et de se bâtir un somptueux domaine dans son village natal de Kanilai, avec palace, mosquée privée et camp d'entraînement.

Des lieux, dont il ne peut plus profiter. Depuis son départ de Gambie il y a 2 ans, Yahya Jammeh vit toujours en exil en Guinée équatoriale.

Gambie

CAN 2019 - La Gambie et l'Ouganda, sparring-partners de la Côte d'Ivoire

À partir du 31 mai 2019, la Côte d'Ivoire entamera sa préparation pour la Coupe d'Afrique des… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.