Congo-Kinshasa: Ebola - L'est du pays compte désormais plus de 1.000 cas

Photo: Banque mondiale /Vincent Tremeau
Des parents rendent visite à leur fille de 15 ans, soupçonnée d'être infectée par Ebola, au centre de traitement Ebola à Beni, en RDC (janvier 2019).
31 Mars 2019

Le seuil des 1.000 cas de maladie à virus Ebola dans l'est de la République démocratique du Congo a été franchi cette semaine, selon les données du ministère de la Santé du pays.

A la date du 29 mars, le cumul des cas d'Ebola au Nord Kivu et en Ituri était de 1.059, dont 993 confirmés et 66 probables, selon un communiqué publié par les autorités sanitaires vendredi.

Au total, il y a eu 660 décès (594 confirmés et 66 probables) et 325 personnes guéries.

Le ministère de la Santé a également signalé que 225 cas suspects sont en cours d'investigation.

Quinze nouveaux cas de la maladie à virus Ebola et huit nouveaux décès ont été confirmés, dont quatre décès dans les Centre de traitement d'Ebola à Butembo et à Beni, précise le communiqué.

La situation demeure « fragile »" après la vague d'attaques du centre Ebola

En début de semaine les autorités sanitaires avaient invité les personnes considérées comme des leaders d'opinion à s'engager positivement en partageant des messages favorisant l'adhésion de la communauté dans la riposte contre Ebola.

Les niveaux de risque nationaux et régionaux sont toujours « très élevés », bien que le risque global reste faible

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les efforts visant à encourager les communautés à participer davantage à la lutte contre Ebola ont été couronnés de succès.

« Aucun incident majeur en matière de sécurité n'a été signalé au cours des dix derniers jours, mais la situation générale reste fragile », a indiqué vendredi l'OMS, faisant référence à plusieurs attaques récentes contre les centres de traitement Ebola par des groupes armés.

Selon l'agence onusienne les récentes attaques contre les centres de traitement Ebola à Katwa et Butembo « représentaient les premières attaques à grande échelle, organisées et visant directement la réponse Ebola » et étaient d'une « autre envergure » que les incidents liés à la méfiance dans les communautés ou aux dangers d'être pris entre les tirs des parties au conflit.

Dans sa dernière évaluation des risques de l'épidémie, l'OMS a conclu que les niveaux de risque nationaux et régionaux sont toujours « très élevés », bien que le risque global reste faible.

Près des deux tiers des patients infectés meurent d'Ebola

Les équipes d'aide ont pu regagner l'accès à Mandima, Masereka et Vuhovi, malgré la violence sporadique des groupes armés et la méfiance dans certaines communautés touchées, selon l'OMS, et des « progrès sont en cours ».

A Butembo et Katwa cette semaine, plus de 4.000 foyers ont reçu la visite de volontaires de santé communautaires et de volontaires de la Croix-Rouge.

Neuf comités communautaires ont été mis en place cette semaine pour encourager une meilleure communication entre les agents de santé et la population locale, selon l'OMS.

Des groupes de discussion spéciaux ont également été organisés dans les communautés où la lutte contre Ebola s'est avérée la plus difficile, avec des dirigeants de jeunes, des associations de femmes, des praticiens traditionnels et des prestataires de soins de santé.

La mise à jour Ebola des autorités congolaise souligne cette semaine à quel point l'épidémie est dangereuse, compte tenu de son taux de mortalité de 62 pour cent.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Ebola

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.