Niger: Présidentielle - Mohamed Bazoum investi candidat du parti au pouvoir

La cérémonie d'investiture s'est déroulée au Palais des sports devant des milliers de militants des partis de la coalition au pouvoir. Plusieurs fois ministre, Mohamed Bazoum est un proche du président Issoufou - qui arrive au terme de son second et dernier mandat au vu de la constitution. Initialement prévue l'année prochaine, un an avant la présidentielle, l'investiture a été avancée d'un an, au vu des tiraillements internes.

Cela fait des mois que la pression montait au sein du parti présidentiel, le PNDS. Mais la guerre de leadership ne s'est manifestée au grand jour que fin janvier 2019, avec le limogeage de Hassoumi Massaoudou.

Le tout puissant ministre des Finances, secrétaire général du parti, a été, dit-on en coulisses, sanctionné pour avoir commencé à promouvoir sa candidature, en sourdine, dans sa région natale de Dosso. Et ce, sans l'aval des instances du parti et du président.

Or Mahamadou Issoufou a fait son choix depuis plusieurs mois : ce sera Mohamed Bazoum, compagnon de lutte et co-fondateur du PNDS. Le parti lui doit beaucoup explique un ancien cadre du parti, qui ajoute que sans lui le PNDS n'aurait pas connu le même essor.

Un fidèle parmi les fidèles

Ses réseaux ont fait de lui une des personnalités nigériennes les plus influentes, même si ses détracteurs au sein de la société civile pointent ses dérives autoritaires. Très bon orateur, il a aussi su défendre avec verve les intérêts du Niger à l'étranger quand il était ministre des Affaires étrangères.

Nommé ministre de l'Intérieur en 2016, « Bazoum », comme il est surnommé, a soutenu Mahamadou Issoufou dans tous les moments clés de sa carrière politique. Et le chef de l'Etat lui confie aujourd'hui les clés du PNDS pour 2021.

Dans la mesure où telle est votre volonté et dans la mesure où tel est mon destin, je vais l'assumer : je resterai toujours conforme à l'idée que vous avez de moi, c'est-à-dire un homme digne de succéder à Mahamadou Issoufou

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.