1 Avril 2019

Afrique: L'Union européenne accusée de financer le travail forcé en Erythrée

Selon les informations obtenues par RFI, un collectif d'exilés érythréens basé aux Pays-Bas mettra officiellement en demeure ce lundi 1er avril la Commission européenne afin qu'elle modifie un contrat d'aide financière à l'Erythrée pour des chantiers d'infrastructures. En cause : une mention dans le contrat signé entre le régime d'Asmara et le Commissaire européen au Développement début février, affirmant que, parmi le personnel employé par l'Erythrée sur les chantiers de routes reliant l'Ethiopie et le port de Massawa, figureront des conscrits du « service national ». Une conscription militaire pourtant dénoncée par l'ONU comme étant du travail forcé et une forme contemporaine d'esclavage.

Le service national, c'est ce que fuient la plupart des Erythréens que l'on rencontre sur les routes de l'exil. C'est un enrôlement de force dans l'armée, dès la dernière année de lycée. Des années sous les drapeaux, pour un salaire dérisoire, et la vie militaire qui va avec : l'arbitraire, la violence, les viols pour nombre de jeunes filles.

Jeudi dernier, une fois de plus, des experts du Comité des droits de l'homme de l'ONU dénonçaient cette situation dans un rapport accablant : cette conscription militaire s'apparente à du travail forcé et à une forme contemporaine d'esclavage. Pourtant, ce sont ces jeunes gens qui doivent être mobilisés sur les chantiers de routes reliant l'Ethiopie et le port de Massawa, comme le mentionne le contrat d'aide financière versée par l'UE à l'Erythrée pour ces chantiers. L'UE est donc mise en cause.

D'où l'initiative de la Fondation Droits de l'homme pour les Erythréens basée au Pays-Bas, et de leur avocat, Emiel Jurjens, du Centre Kennedy Van der Laan. Dès ce lundi 1er avril, une première lettre sera envoyée à la Commission et à son organisme de financement d'urgence, puis une conférence de presse se tiendra dans l'après-midi à Bruxelles.

« Nous allons envoyer à l'Union européenne et à son organisme de financement d'urgence une mise en demeure, explique-t-il, dans laquelle nous détaillons le problème. Nous allons rendre notre point de vue public et inviter l'Union européenne à ouvrir une discussion avec nous pour trouver une solution. C'est la première étape d'une affaire qui sera sans doute plus longue. Cela dépendra de la réponse de l'Union européenne et nous n'excluons aucune option, y compris porter l'affaire devant la justice. »

L'UE accepte cette situation, selon les défenseurs des droits humains

Bien sûr, des assurances de vigilance sont formulées dans le contrat signé entre Asmara et Bruxelles, notamment sur les droits des travailleurs et la surveillance de leurs conditions de travail. Mais pour l'avocat et le plaignant, le problème est plus large.

« Le problème concret, explique Emiel Jurjens, c'est que l'Union européenne reconnaît que des travailleurs forcés vont être utilisés. Bien sûr, elle pourrait au moins dire qu'elle est consciente que c'est un problème. Or ce n'est pas le cas. Elle dit seulement : nous pourrions évoquer la question, mais ce n'est pas une condition préalable pour verser l'argent. Il est donc important de réaliser que l'Union européenne accepte l'utilisation de travailleurs forcés pour ses projets. »

L'accord que le Commissaire européen à la Coopération internationale et au Développement Neven Mimica a signé début février en Erythrée doit être compris sur fond d'accord de paix signé en juillet dernier entre l'Erythrée et son voisin et ancien ennemi, l'Ethiopie. Pour un montant de vingt millions d'euros, il porte sur la construction ou la réfection de routes reliant l'Ethiopie, enclavée, au rivage de la Mer Rouge et ses débouchés maritimes, notamment le port érythréen de Massawa.

Les chantiers financés par l'UE seront entièrement pilotés par le gouvernement érythréen, mais aussi la Red Sea Corporation, une société contrôlée par le parti unique au pouvoir à Asmara. Ironie de l'histoire, ce financement d'urgence s'inscrit, selon la Commission européenne, dans le cadre de l'aide au développement économique et la création d'emplois en Erythrée, visant à lutter contre « les causes de l'immigration illégale ».

Afrique

Des internationaux africains portent Galatasaray au doublé

Les footballeurs africains dont la Turquie est l'une des destinations privilégiées ces dernières… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.