Congo-Kinshasa: Éboulement d'une mine de cassitérite à Kalehe - Les députés provinciaux plaident pour une exploitation semi-industrielle

Le Caucus des députés provinciaux élus du territoire de Kalehe recommande au gouvernement de s'impliquer pour la transformation de l'exploitation minière artisanale en exploitation semi-industrielle notamment dans le site minier de Kalimbi. Ils ont fait cette recommandation au cours d'une réunion d'évaluation tenue dimanche 31 mars à Bukavu sur la situation économique, sociale et sécuritaire de leur base.

« Nous demandons au gouvernement de prendre ses responsabilités et de réguler le système de travail dans les sites miniers. Ce n'est pas normal qu'un ministre délivre un titre exploité par deux structures différentes. Cela crée des tensions parmi les exploitants. Le code minier prévoit que quand on arrive dans un site minier, à plus de 30m de profondeurs, on doit disposer du matériel semi-industriel pour permettre aux exploitants artisanaux de bien exploite le site minier », rappelle Jacques Amani Kamanda, porte-parole du Caucus.

Quatorze personnes ont été tuées le 27 mars dans l'éboulement d'une mine d'exploitation artisanale de cassitérite situé au carré minier de Kalimbi, dans le territoire de Kalehe, province du Sud-Kivu. Ces élus ont déploré la mort de ces creuseurs artisanaux.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Radio Okapi

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.