Algérie: Annonce de la démission de Bouteflika - Les réseaux sociaux s'agitent en Algérie

Ce lundi 1er avril, la présidence de la République algérienne a annoncé dans un communiqué cité par l'agence de presse officielle APS, que le président Abdelaziz Bouteflika démissionnerait avant l'expiration de son mandat, d'ici au 28 avril. Aussitôt, les réactions des internautes ont déferlé sur les réseaux sociaux.

Le diable se niche dans les détails et cette annonce n'y fait pas exception. Le communiqué de la présidence algérienne indique que d'« importantes mesures pour assurer la continuité du fonctionnement des institutions de l'Etat durant la période de transition », seraient entreprises sans toutefois préciser lesquelles. C'est justement ce qui a, en premier, interpellé les internautes.

Méfiance et impatience

Certains twittos restent sceptiques : « le 28 avril ? Plutôt un 28 à l'envers... il s'est donné jusqu'à 82 ans pour démissionner », lance l'un d'entre eux. « Je ne sais pas pourquoi à l'annonce de la démission de Bouteflika, le film "Gremlins" m'est venu en tête ! » ajoute un autre. Certains s'impatientent, « on a hâte de reconstruire le pays que lui et son pouvoir mafieux ont détruit ». Les plus virulents dénoncent une énième tentative « contre le peuple, avec ce chantage de l'échéance de fin de #mandat ».

La plupart affichent leur incrédulité face à cette annonce. Les messages « un communiqué de la présidence le 1er avril ! Non mais sérieusement, qui peut y croire ? » ou encore, « ne vous réjouissez pas trop, demain, on annoncera que c'était un Bouteflika d'avril » pastillent les réseaux sociaux.

Un premier pas

Des internautes se réjouissent de la nouvelle : « Bouteflika va démissionner pour répondre à la demande du peuple ! Voilà enfin une sage décision ! » et « C'est une première victoire. N'oublions pas qu'on nous parlait, il y a encore un mois, de 5e mandat. » D'autres, en revanche, estiment que le compte n'y est pas « Bouteflika démissionne ? Manque plus que ceux qui tirent les fils... »

Puis le ton monte sur les réseaux sociaux : « Nos revendications n'ont jamais été seulement son départ, on a envahi les rues pour dire aux oligarques corrompus que nous ne reculerons jamais en arrière ».

Rumeurs

Certains twittos annoncent sans preuve formelle « il est dans le coma », ou « dans un état de respiration artificielle. », « Ayant l'habitude des coups tordus des gouvernants algériens, je me demande si #Bouteflika ne serait pas en fait décédé... », s'interroge un internaute.

Enfin, plusieurs se sont égarés sur la Toile : « Que le peuple français et les gilets jaunes s'inspirent du peuple algérien » écrit un twittos, en déclenchant au passage de vives réactions : « Les Français n'ont pas attendu 20 ans pour changer de président, on est en démocratie nous ;) », lui rétorque-t-on.

Rappelons que selon les termes de l'article 102 de la Constitution, le président du Conseil de la nation, après une transition de 45 jours, assumera les fonctions de chef de l'État pendant une période maximale de 90 jours, au cours de laquelle des élections présidentielles seront organisées en Algérie.

♦ Rumeurs sur les réseaux et guerre médiatique

Les réactions à l'annonce de la prochaine démission d'Abdelaziz Bouteflika sont très mitigées. D'abord parce que de nombreux Algériens souhaitent voir du changement à la tête du pays, et demandent le départ de nombreuses personnalités politiques. Mais aussi, parce que le climat n'est pas propice à la sérénité. Différents groupes d'intérêts semblent régler leurs comptes via médias interposés.

Alors que les médias officiels annonçaient que le président Abdelaziz Bouteflika allait démissionner, le général Médiene, connu sous le nom de Toufik, ancien responsable des services de renseignement algérien, homme très discret, se fendait d'un communiqué aux rédactions. Dans le texte, il dément avoir eu une réunion avec des agents des services de renseignements de pays étrangers.

Car depuis plusieurs jours, réseaux sociaux et télévisions privées bruissent de rumeurs, plus ou moins fondées, mais qui font réagir personnalités et institutions qui multiplient les communiqués de démentis. Ainsi, la télévision Chourouk a annoncé sans sourciller un déploiement de membres de la gendarmerie dans la capitale, ce qui n'était pas vrai, provoquant une vague d'inquiétude puis d'indignation.

Ce même journal est la cible d'une campagne sur les réseaux sociaux, les internautes lui reprochent de manipuler l'opinion pour pousser les Algériens à soutenir l'implication de l'armée dans la situation politique. Un enseignant de la faculté des sciences de l'information va jusqu'à dire que les chaines de télévision privées sont désormais un risque pour la sécurité nationale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.