Mozambique: Les agences humanitaires des Nations Unies intensifient leur aide

Des personnes affectées par la diarrhée sévère. Mozambique. 2019.
2 Avril 2019

Après le passage du cyclone Idai dans trois pays d'Afrique australe il y a plus de deux semaines, les organisations humanitaires des Nations Unies intensifient leur d'aide au Mozambique, encouragées par la baisse du niveau des eaux de crue.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé qu'il comptait atteindre cette semaine 1,2 million de bénéficiaires à la suite de l'ouverture de routes vers les zones rurales dans les provinces mozambicaines de Sofala, Manica, Tete et Zambezia.

Le nouvel objectif correspond à plus de trois fois le nombre de victimes du cyclone Idai qui ont déjà reçu une aide alimentaire en raison du cyclone. Les actions sont menées en partenariat avec le gouvernement du Mozambique et l'Institut national pour la gestion des catastrophes (INGC).

L'objectif est de fournir aux victimes des inondations et du cyclone suffisamment de nourriture pour 15 jours, notamment des céréales, des légumineuses, des aliments enrichis et de l'huile végétale.

Les zones rurales doivent être desservies par la route et les livraisons par avion et par bateau continueront d'être cruciales.

L'objectif du PAM est d'atteindre 1,7 million des 1,8 million de Mozambicains qui ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence. La plupart d'entre eux ont perdu leurs maisons, leurs biens, leurs plantations et leurs moyens de subsistance.

Selon l'agence onusienne, la nourriture se fait rare sur les marchés locaux et les prix des aliments de base ont augmenté rapidement. Dans certains cas, l'augmentation a été jusqu'à cinq fois supérieure.

Une aide alimentaire à 100.000 personnes affectées par les inondations au Mozambique. Ici, un hélicoptère du PAM avec des biscuits à haute teneur énergétique arrive à Guaraguara.

Efforts sanitaires dans la ville de Beira

Ce mardi, le Directeur régional pour l'Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), s'est rendu dans la ville de Beira. Dans la zone la plus touchée par le cyclone, Matshidiso Moeti, a analysé les efforts de réponse et de protection.

Le Directeur régional juge les « semaines à venir cruciales ». Il estime que « la rapidité est essentielle pour sauver des vies et limiter les souffrances » des victimes.

L'OMS a mobilisé des spécialistes de l'urgence, notamment des épidémiologistes, des techniciens en logistique et en prévention des maladies, grâce auxquels un groupe de 40 personnes devrait être formé.

Parmi les autres objectifs figurent le rétablissement des services de santé réguliers et la lutte contre la propagation du choléra et d'autres infections.

Plus de 900 000 doses de vaccin oral contre le choléra devraient être utilisées dans le cadre de la campagne de vaccination qui débute mercredi à Beira où 1 052 cas ont déjà été signalés.

L'agence onusienne prévient que l'augmentation du nombre de personnes arrivant dans les centres de santé avec une diarrhée aiguë prédit une augmentation des cas, en raison du risque élevé d'infection dans la zone où vivent plus de 128 000 personnes dans des abris temporaires.

L'OMS aide à rétablir les soins primaires en donnant la priorité à la vaccination, au traitement des maladies courantes, à la malnutrition aiguë et aux soins maternels. Elle assure aussi la fourniture de médicaments aux personnes vivant avec le VIH, la tuberculose ou le diabète.

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.