Tunisie: La vérité est bonne à rappeler

3 Avril 2019

En d'autres termes, ces augmentations sont-elles intervenues à la surprise générale ou étaient-elles, plutôt, programmées par la loi de finance 2019 ?

Cette question a dominé, ces deux derniers jours, la scène médiatique nationale au point que le chef du gouvernement s'est trouvé dans l'obligation de rectifier le tir et de remettre les choses en ordre.

Hier, il a déclaré : «Les protestations sont compréhensibles mais la décision n'est pas un choix du gouvernement. Elle résulte plutôt de la pression sur le budget».

Le chef du gouvernement fait allusion au déficit énergétique que la Tunisie connaît depuis des années, déficit qui se creuse d'année en année, suite à la mise en application du fameux article 13 de la Constitution relatif à l'exploitation des richesses nationales dont en premier la prospection du pétrole.

Faut-il rappeler que la production pétrolière est actuellement au point zéro depuis la révolution, à cause de l'interruption de la délivrance de permis de prospection aux sociétés pétrolières étrangères.

Aujourd'hui, le pays se trouve face à un déficit énergétique qui appelle une mobilisation urgente des investissements dans les projets d'énergies renouvelables comme l'a souligné, hier, le chef du gouvernement devant les participants au sommet digital de Tunis.

Mais en attendant que les investisseurs accordent l'importance requise au potentiel d'énergie solaire et éolienne dont dispose le pays et que la rationalisation de la consommation d'énergie porte ses fruits, le gouvernement se trouve dans l'obligation de respecter ses engagements et de prendre les mesures qui s'imposent dont en premier lieu l'augmentation des prix des hydrocarbures en fonction de l'augmentation attendue du prix du baril de pétrole, comme le prévoit la loi de finances 2019. Cette loi dispose, en effet, que le prix des hydrocarbures connaîtra quatre augmentations en 2019.

Hier, le ministre de l'Industrie et des Petites et Moyennes entreprises l'a rappelé en s'adressant principalement à ceux qui dénoncent la décision gouvernementale et avancent que le ministre a déjà déclaré qu'il n'y aura pas d'augmentation des prix des hydrocarbures.

Tout en démentant avoir fait la déclaration en question, Slim Feriani, ministre de l'Industrie et des PME, assure que «le gouvernement a essayé de retarder, à plusieurs reprises, la décision qui devait intervenir en novembre ou décembre 2018».

Le ministre a ajouté que 50% du déficit du budget provient des crédits consacrés à la compensation des hydrocarbures.

Sur un autre plan, la loi de finances 2019 prévoit que le ministère de l'Industrie consacre une enveloppe de 2.100 millions de dinars dans son budget à la compensation des hydrocarbures.

En tout état de cause, quand l'Ugtt, l'Utica, l'Utap et les partis politiques de l'opposition ou même de la coalition au pouvoir dénoncent la décision de l'augmentation des prix du carburant et soulignent qu'elle est de «nature à approfondir la crise dans le pays», ils oublient malheureusement que cette décision était déjà programmée par la loi de finances de l'année en cours et que cette loi a été adoptée par l'Assemblée des représentants du peuple.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.