3 Avril 2019

Cameroun: Le MRC dénonce un procès kafkaïen

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun(MRC, opposition) informe l'opinion nationale et internationale que son président Maurice KAMTO et ses alliés ont, de nouveau, comparu ce 2 avril 2019 devant le président de la Cour d'Appel du Centre statuant en matière de libération immédiate.

Le MRC exprime sa consternation et ses vives protestations quant à la manière dont se déroulent les procédures d'habeas corpus du président élu Maurice KAMTO, nos alliés, militants et sympathisants tant en instance qu'en appel.

En effet, la procédure d'habeas corpus, empruntée au Common Law, est exclusivement publique.

Par conséquent, la défense a exigé des audiences publiques que refuse le pouvoir dans sa stratégie de musellement de nos camarades et alliés de peur qu'ils ne révèlent, à l'opinion nationale et internationale, l'étendue des traitements inhumains et dégradants subis lors de leur interpellation, garde à vue et mise en détention ; des atrocités d'une époque médiévale ; des atteintes graves à la dignité humaine.

C'est dans ce contexte que se sont déroulées les audiences du 2 avril tenues, une fois encore, dans un bureau exigu, le public et la presse gardés à l'écart par une escouade lourdement armée.

Cela n'a pas empêché les juges de tenir ces audiences en l'absence des avocats de la défense et des requérants constants dans leur demande d'audiences publiques.

Ainsi, la Cour d'Appel, en l'absence des avocats de la défense et des requérants dont seule la participation contradictoire est le gage d'une justice équitable, a mis en délibéré les procédures en appel au 9 avril 2019.

Le MRC rejette en bloc les décisions en instance et en appel qui, dans ce contexte, ne seront que le résultat d'instructions dictées à une justice partiale et aux ordres en violation flagrante des lois nationales et des instruments internationaux pourtant dûment ratifiés par le Cameroun.

Le MRC relève, pour le regretter, la militarisation des Cours et Tribunaux avec pour conséquence une justice rendue en catimini et sous les baïonnettes.

En tout état de cause, le MRC maintient son exigence de la libération immédiate et sans conditions de son leader, de ses alliés et de tous ses militants et sympathisants constitués en prisonniers politiques par le régime au pouvoir.

Yaoundé, le 2 avril 2019

Mamadou Mota

Premier vice-président national

Cameroun

Mouvement d'humeur au marché Sandaga - Douala - Les commerçants veulent la tête du régisseur

Ils ont manifesté vendredi dernier pour dénoncer la gestion calamiteuse de l'équipe dirigeante de… Plus »

Copyright © 2019 Africa Info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.