Afrique de l'Ouest: Le directeur national de la BCEAO tire un bilan satisfaisant de la situation du système bancaire sénégalais

Dakar — Le directeur national de la BCEAO pour le Sénégal, Ahmadou Al Aminou Lo, a tiré mercredi un bilan satisfaisant de la situation actuelle du système bancaire sénégalais.

"La situation du système bancaire est satisfaisante", a-t-il déclaré à des journalistes, à l'issue d'une rencontre trimestrielle entre le directeur national de la BCEAO et l'ensemble des directeurs généraux des banques et établissement financiers du Sénégal.

Cette rencontre, la deuxième de l'année, tourne autour de préoccupations partagées entre la BCEAO et la profession bancaire.

Selon Ahmadou Al Aminou Lo, l'activité bancaire est en constante progression au Sénégal.

Le total-bilan des banques, "sur la base des données provisoires arrêtées à fin décembre 2018, est aujourd'hui à 7 mille 250 milliards en fin décembre 2018, soit une hausse d'environ 9,6%", a-t-il précisé.

Les ressources collectées par les établissements de crédit constituées des dépôts et emprunts, se chiffrent à 5 milliards 927 millions, correspondant à une hausse de 9,4%, a-t-il ajouté.

Concernant les conditions de banque, il a indiqué que le taux de base moyen reste "stable à 8,2%", tandis qu'au même moment, "au plan de la rentabilité, les établissements de crédit ont affiché un excédent des produits sur les charges de 2018 proche de celui de 2017".

"Donc, nous nous sommes accordés sur une situation globalement correcte avec la nécessité de continuer à conforter les positions de trésorerie des banques, car c'est leur trésorerie qui leur permet d'être à l'aise dans leurs activités de distribution de crédits", a-t-il dit.

M. Lô a par ailleurs évoqué des questions liées aux risques opérationnelles notamment celles relatives à la cybercriminalité, en présence du chef de la division policière spécialisée, invité à la rencontre.

Une occasion pour ce dernier de rassurer les usagers sur "la vigilance et la proactivité" des banques face à ce risque de dimension mondiale.

"Je voudrais vous rassurer que les banques sont particulièrement conscientes des efforts à faire pour continuer à gérer ce risque qui est un risque mondial. Aucune entité ne peut y être soustraite", a-t-il fait observer.

"Ce qui est demandée, c'est d'avoir la capacité à y résister, et lorsqu'un sinistre se déclare, la capacité à y mettre fin le plus rapidement possible", a-t-il martelé.

Selon lui, "des discussions très enrichissantes" ont eu lieu lors de cette réunion, lesquelles "ont permis de mieux mesurer les défis à prendre en charge", en relation avec les autorités spécialisées, en l'occurrence la division chargée de la lutte contre la cybercriminalité.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.