4 Avril 2019

Sénégal: Gestion des pesticides - Des acteurs militent pour l'harmonisation des législations phytosanitaires

Dakar — La gestion des pesticides pour une production agricole saine et de qualité nécessite de "poursuivre les efforts dans l'harmonisation des législations phytosanitaires et les procédures d'homologation dans la lutte contre les pesticides illégaux", a déclaré le Directeur de la Direction de la Protection des végétaux (DPV), Dr Emile Victor Coly.

Il s'agit notamment pour arriver à cette harmonisation de "renforcer la synergie entre les autorités et les associations nationales actives dans le domaine pour améliorer les pratiques agricoles", a-t-il souligné lors de la clôture mercredi, à Dakar, de la rencontre annuelle de l'organisation "Croplife international"

CropLife International est une fédération internationale regroupant des entreprises et des organisations professionnelles dans le secteur de la protection des cultures et la biotechnologie végétale.

Revenant sur les recommandations faites par les représentants des sections nationales à travers l'Afrique, à l'issue de la rencontre de deux jours, le Directeur de la DPV a souligné la nécessité également de la "régulation et de l'élimination du circuit des pesticides contrefaits, la gestion des emballages, l'étiquetage et la régulation des produits biologiques".

"Les associations nationales en partenariat avec les autorités doivent encore faire des efforts considérables pour que les pesticides soient mieux gérés dans nos pays", a-t-il souligné.

En effet, malgré la mise en place du Comité sahélien des pesticides et des autres structures réglementaires nationales, "la circulation des pesticides contrefaits reste un défi majeur".

D'où des investissements à faire pour "assurer la disponibilité de pesticides de qualité et une saine gestion pour soutenir la production agricole dans les pays de la sous-région".

Les recommandations reprises par le Directeur de la DPV insistent aussi sur la nécessité de "renforcer la communication au niveau national comme régional par la mise en place d'un réseau de journalistes sur les questions de pesticides".

Pour le Président de l'organisation Afrique et Moyen Orient, Dr Johannes Hutzler, "les pays sont certes en train de travailler sur beaucoup de défis et contraintes, mais le processus est très lent dans les changements de législation pour l'adoption de politiques de régulation"

"Il est essentiel pour les pays d'avoir une gestion éthique et responsable du produit au cours de son cycle de vie pour minimiser les risques et maximiser les avantages", a-t-il précisé, relevant que "dans la lutte contre les pesticides frauduleux, le suivi est essentiel pour prévenir des produits illicites".

Toutefois, il a fait part de contraintes dans beaucoup de pays comme "la mise en norme des laboratoires pour un contrôle des pesticides, le manque d'équipements, les frontières poreuses mais également le manque de volonté politique dans certains cas".

Croplife Sénégal qui, regroupe des industriels, des distributeurs, des représentants de firmes agro pharmaceutiques, s'active dans la formation aux bonnes pratiques d'utilisation et d'application des pesticides.

L'organisation était précédemment connue sous le nom de Fédération mondiale de la protection des cultures puis de Groupement international des associations nationales de fabricants de produits agrochimiques, avant d'opter pour "Croplife".

Sénégal

CAN Egypte 2019 - Nigeria-Tunisie ce mercredi pour la troisième place

Les Aigles de Carthage de la Tunisie affrontent les Super Eagles du Nigeria, ce mercredi 17 juillet, à 20 heures,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.