Cameroun: Lutte contre le side - Les bons points de la stratégie national

La première réunion statutaire du Comité national de lutte contre le sida hier, a permis au ministre de la Santé publique d'évoquer les dernières victoires contre la pandémie.

Près de 20% du taux de prévalence du Vih/sida en baisse dans la population en général, entre 15 et 49 ans, passant de 4,3% en 2011 à 3,4% en 2018. Ce sont les résultats issus de l'enquête de l'Evaluation de l'impact du Vih au Cameroun (Camphia). Le sujet était au cœur de la première réunion statutaire du Comité national de lutte contre le Sida (CNLS) pour l'année 2019.

Bilan positif dans l'ensemble comme l'a indiqué le président de séance, Manaouda Malachie, ministre de la Santé publique au sujet des activités me nées au cours de l'année 2018. Ce bilan, d'après le Minsanté, est dû en partie à l'appui financier du Fond mondial qui a subventionné le Cameroun à hauteur de 89 millions d'euros pour la période de 2018-2020. A ce montant aussi, s'ajoute 9,5 millions d'euros issus de la remise de la dette par le gouvernement espagnol.

Malgré ces résultats encourageants, le Cameroun qui s'est fixé pour objectif d'atteindre les « 90-9090 » (90% des personnes vivant avec le Vih connaissent leur statut sérologique, 90% informées de leur statut soient sous traitement antirétroviral, et 90% de personnes sous traitement aient une charge virale durablement indétectable) d'ici 2020, ambitionne renverser la tendance en multipliant de nouvelles stratégies.

« Nous envisa geons de poursuivre notre plan d'accélération de la thérapie anti On rétrovirale. Au moins 2 527 047 personnes doivent être dépistées (... ), 322 000 adultes et enfants devront être mis sous traitement d'ici fin décembre 2019 et les examens de charge virale doivent être accessibles et disponibles », a indiqué Manaouda Malachie.

Les travaux qui se sont tenus hier avaient entre autres pour objectif de trouver de nouvelles stratégies pouvant davantage faire baisser le taux de prévalence du Vih/Sida. Parmi ces stratégies, il a été question de réfléchir sur comment réduire, voire éliminer les coûts des examens de suivi biologiques des malades sous ARV

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.