5 Avril 2019

Cameroun: Insécurité alimentaire auCameroun - Le combat va continuer

Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural a présenté la situation dans sept régions du pays hier au cours d'une communication gouvernementale à Yaoundé

L'exercice commence à devenir fréquent. Et comme d'habitude, il réunit le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, le ministre en charge de l'élevage, le Programme alimentaire mondial, la FAO, etc. Ils sont tous présents pour faire le point de la situation alimentaire et nutritionnelle du Cameroun.

Des résultats souvent obtenus au terme de l'analyse du cadre harmonisé d'identification des zones à risque et d'analyse des populations en insécurité alimentaire du pays. C'est donc à cet exercice que s'est soumis hier le ministre de l'Agriculture et du Déve loppement rural, Gabriel Mbaïrobe.

Les résultats de cette analyse dans quarante départements de sept régions du Cameroun sur une période de trois mois (mars-avril-mai), indiquent que la situation est acceptable dans 33 départements où le bilan alimentaire est relativement positif. Dans sept départements par contre, notamment dans les régions du NordOuest et du Sud-Ouest, la situation est critique. Toutefois, aucun département ne se trouve en phase d'urgence ou de famine.

Autre élément à relever, le nombre de personnes en situation de crise qui est de 1 069 783. Gabriel Mbaïrobe indique que la situation pourrait se dégrader au cours du prochain trimestre (juinjuillet-août) avec 21 départements en phase minimale, 12 en phase sous pression et 7 en phase de crise.

Il faut dire que la situation causée par des facteurs tels que les crises socio-politiques, les déplacements internes de populations, l'afflux des réfugiés aux frontières, etc. s'est nettement améliorée comparativement à la même période l'année dernière, indiquera Marie Jeanine Atanga Nkodo, coordonnateur du programme nationale de veille et de renforcement de la sécurité alimentaire Preuve selon cette responsable, que les actions mises en œuvre portent des fruits. « Il est donc nécessaire, pour éviter des schémas de catastrophes éventuels dans l'avenir, d'intensifier notre action d'encadrement auprès des populations, afin de les empêcher de basculer en situation d'urgence ou de famine », dira le Minader.

L'appui des partenaires techniques et financiers et de tous les autres ac teurs reste donc nécessaire; d'autant plus que le prochain trimestre va présenter de nouveaux challenges dont le début du jeûne du Ramadan où les besoins en consommation alimentaire des populations analysées vont augmenter.

Il faudrait donc multiplier les actions telles que notamment la formulation des actions concrètes de relèvement précoce et de résilience pour ces populations, l'actualisation des plans de réponse humanitaire, la mobilisation des ressources nécessaires à la survie des populations nécessiteuses, etc

Cameroun

Plan de circulation dans la ville

Le présent plan informe les usagers de la voie publique des modifications qu'imposeront la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.