Tunisie: Les cinq défis à relever

6 Avril 2019

Pari sur la confiance du citoyen

De même, l'Instance de protection des données personnelles, comme l'a indiqué son président, M. Chawki Gueddas, a connu des avancées. Depuis février dernier, se félicite-t-il, il a été décidé de lui confier la présidence des instances francophones similaires. Ancrer davantage la culture de la citoyenneté demeure, alors, un souci mondialement reconnu. Seul maître Chawki Tabib semble être satisfait de son parcours à la tête de l'Inlucc. Et d'ajouter que son instance a pu reconquérir la confiance des citoyens.

Il a fini par lancer un message : « La lutte contre la corruption est une responsabilité partagée ». Du reste, c'est la bonne volonté politique qui manque, juge-t-il en conclusion. Les propos de M. Nouri Lajmi, président de la Haica, se sont limités à trois points essentiels : un cadre juridique régissant le secteur de l'audiovisuel, l'appui de l'Etat aux instances indépendantes et l'apport de la société civile dans la consolidation du processus démocratique. Le président de l'Isie, M. Nabil Baffoun, s'est focalisé, quant à lui, sur la nécessité de s'inscrire au registre électoral. En effet, plus de 3 millions en âge de voter ne se sont pas encore inscrits. Il a appelé à adhérer massivement à la campagne d'inscription d'électeurs qui commencera le 10 de ce mois.

L'Isie, ajoute-t-il, a mis à disposition plusieurs bureaux mobiles et permanents dans les différentes régions. L'objectif est de réussir le rendez-vous électoral d'ici fin 2019. Née au forceps en 2016, l'Instance nationale de prévention de la torture (Inpt) peine à trouver son compte. Pourtant, elle a pu se rendre dans tous les lieux de détention, indique son président, Fethi Jarray. Son collègue Imed Hazgui n'a pas manqué de préciser que l'instance d'accès à l'information fait encore face à plusieurs défis d'ordre politique, législatif et culturel. Elle fait de son mieux pour diffuser la culture de la transparence et de la redevabilité.

Ouvrant les travaux de la conférence, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a insisté sur le soutien qu'il faut apporter à ces instances pour qu'elles s'imposent en tant que vraies autorités publiques et indépendantes. Pour ce faire, il y a cinq défis à relever. Tout d'abord la légitimité, d'où il est important de créer une opinion publique qui plaide en leur faveur. Deuxièmement, leur indépendance financière, administrative et logistique. Soit une libre gestion budgétaire, à même d'exploiter à bon escient leurs propres ressources humaines.

Puis, le défi de l'efficacité au niveau de l'action. Quatrièmement, leur pérennité et durabilité. Enfin, la bonne gouvernance qui exige le parachèvement du système normatif censé aider ces instances à réaliser leurs objectifs. « Nous ne ménageons aucun effort pour les aider à relever tous ces défis et faire en sorte que ces instances puissent améliorer leur travail et les conditions de leur fonctionnement », plaide le chef du gouvernement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Tunisie

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.