Tunisie: La force d'y croire

7 Avril 2019

«On y croit beaucoup» a lancé le chef du gouvernement, dans une ambiance remarquablement conviviale, mettant l'accent sur la nécessité d'appuyer l'activité de ces jeunes structures et l'impératif de leur créer l'écosystème favorable à leur activité. Et de rappeler que son département qui mise sur la nouvelle technologie est en train de préparer le texte du «Code pour une Tunisie numérique», toujours dans une approche participative impliquant les jeunes. «Réduire le cap avec les autres pays passe obligatoirement par le numérique et l'encouragement des solutions digitales pour appuyer notre économie», a-t-il encore souligné considérant que le modèle des startups est semblable à celui de la Tunisie, dans la mesure où avec des petits moyens on parvient à réaliser des exploits et relever des défis.

Pour sa part, le ministre des TIC et de l'Economie numérique, Anouar Maârouf, qui a supervisé tout le parcours de la mise en place du cadre juridique, s'est également félicité de l'activation de cette loi, qu'il a qualifiée de révolutionnaire, tenant à remercier les jeunes qui ont soutenu ce projet dès le début. «Cette loi a été modifiée à huit reprises avant son adoption par un Conseil ministériel puis par le Parlement, et ce sont les jeunes qui ont cru à ce projet dès ses phases initiales. Aujourd'hui, c'est une réalité. La loi Startup Act a été promulguée en dépit des innombrables entraves qu'on a dû surmonter», a-t-il précisé, soulignant le fait qu'en revanche, les lois ne suffissent pas, «car c'est toute la culture de l'entrepreneuriat qui doit être privilégiée en Tunisie».

12 startups labellisées

L'activation de la Startup Act est passée par la concrétisation de son 6e article qui stipule la mise en place d'un Label Startup octroyé par le «Collège des Startups». Et c'est dans ce sens que 12 startups tunisiennes ont obtenu ce label sur un total de 300 dossiers présentés. Il s'agit de jeunes entreprises s'activant dans le domaine des nouvelles technologies orientées vers plusieurs secteurs d'activité dont notamment l'agriculture, l'industrie pharmaceutique, la robotique, le traitement des données, l'écologie, etc.

La Startup Act, rappelons-le, est un cadre juridique dédié aux startups en Tunisie. Adopté en avril 2018 et activé vendredi dernier, ce cadre est conçu pour faciliter le lancement et le développement des startups depuis la Tunisie intégrant 20 mesures structurées autour d'un Label de mérite et d'avantages aux entrepreneurs, aux investisseurs et aux startups. Il s'agit d'une série d'incitations pour encourager les potentiels entrepreneurs à travers notamment une allocation donnée au fondateur d'une startup pour couvrir les charges de vie pour une année, la prise en charge par l'Etat des procédures et des frais d'enregistrement des brevets des startups au niveau national et international, un congé pour créer une startup et un important dispositif d'exonération fiscale et de charges salariales et patronales. La réflexion sur la Startup Act a débuté en 2015 suite à plusieurs sollicitations de l'écosystème naissant des startups en Tunisie pour disposer d'un cadre juridique spécifique et propice. Le coup d'envoi officiel des travaux a été donné en février 2016 et la Startup Act devint une réalité ce vendredi 4 avril suite au lancement du Label Startup.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.