Tunisie: Un tendre «testament» sans concession

7 Avril 2019

Le chef de l'Etat a tenté de rassurer les Tunisiens sur le fait que son mandat n'a pas été catastrophique et qu'il avait hérité d'une situation économique incontrôlable et d'un climat social de vendetta et de surenchère revendicative explosive. Deux états de fait que les gouvernements successifs n'ont pu endiguer.

Le président de la République a estimé qu'il regrettait le départ trop rapide de ceux qui ont quitté Nida Tounès mais considérait que ceux qui sont restés représentent une force suffisante capable de conduire plus en avant le parti.

«Nida a été créé, a-t-il expliqué, pour répondre à une responsabilité qui s'est imposée au temps de la Troïka, or ce qu'il reste de Nida Tounès est bien assez».

Et d'en appeler à ce que la Tunisie se ressaisisse en comptant sur ses enfants, estimant que les élections qui arrivent devront apporter du changement au pays.

« La Tunisie a besoin de changement et je ne voudrais pas me représenter à la présidentielle car j'estime que le pays a enfanté des hommes capables de mener à bien cette mission».

Et à l'adresse de son parti, le chef de l'Etat ne manquera pas de formuler des conseils laconiques pleins de signification, à l'image de «Nida doit retrouver sa place sur la scène politique, ne pas être un parti parmi les autres... Et de lancer : «Nida, une responsabilité nationale, il doit laisser ses portes ouvertes, surtout que ses détracteurs font partie de ses propres enfants.» Et surtout la phrase clé lancée en guise d'appel solennel à dimension stratégique: «Je vous demande enfin une chose, de laisser la porte ouverte aux militants qui veulent revenir aux sources, et de lever le gel de l'adhésion du chef du gouvernement Youssef Chahed».

Une suggestion à laquelle Hafedh Caïd Essebsi aurait réagi avec un semblant d'étonnement, tout en indiquant que le congrès comptait aborder la question l'après-midi même.

Le président de la République a d'autre part évoqué son combat pour la modernité, pour le modèle tunisien de modération et pour l'égalité entre homme et femme, indiquant que la question de l'héritage est « un projet très cher à Bourguiba, qu'il n'a pas pu mener de son vivant. J'espère que Habib Bourguiba est fier de voir, de là où il est, que son œuvre se poursuit et qu'il a laissé de dignes héritiers de ses projets et non de sa personne».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.