8 Avril 2019

Algérie: La tempête qui souffle sur le pays ébranle le Polisario

A l'instar des dernières années, le Polisario tient ce qu'il appelle son congrès national. Souvent décrié, il permet à la direction séparatiste de faire passer les décisions et les textes que rejettent les populations des camps. La préparation de ce congrès est généralement confiée par le chef du Polisario à un comité dit des sages.

Cette année, ce comité qui compte 27 membres chargés d'élaborer la «feuille de route» du prochain congrès l'a surpris.

En effet, ces derniers n'ont pas attendu la tenue du congrès pour faire plusieurs suggestions inédites et de taille dont notamment la création d'"un conseil présidentiel" ainsi qu'un poste de «vice-président», selon le média pro-Polisario Futuro Sahara.

Composé essentiellement de la vieille garde du Front, dont une majorité de septuagénaires ayant longtemps fait partie des cercles du pouvoir, ledit comité a également proposé d'«éloigner l'institution miliaire de la vie politique», selon la même source.

Futuro Sahara ajoute que les différentes tribus dont sont issus les membres dudit comité «sont en guerre depuis plus de trois décennies», et s'étonne du fait qu'ils aient trouvé un consensus. «Les ennemis d'hier et amis d'aujourd'hui tentent de ressusciter un ancien système néfaste», fustige le média qui ne cesse de dénoncer une mesure prise par les membres dudit comité pour garantir leurs intérêts et «continuer de profiter des avantages provenant des aides humanitaires au détriment des Sahraouis des camps, et avoir la mainmise sur les finances du Polisario».

A noter que Mohamed Lamine Ould El Bouhali, principal responsable dudit média, est lui aussi membre du comité de préparation du prochain congrès du Polisario où il siège à côté de plusieurs figures de proue du mouvement de Brahim Ghali, dont Hama Salama, Khatri Addouh, Bachir Mustapha Sayed, Abdelkader Taleb Oumar ou encore Abdellah Lahbib.

Selon plusieurs observateurs, la tempête qui a fait tomber Bouteflika n'épargnera pas Ghali et les siens dont l'existence dépend du régime algérien.

Algérie

L'Algérie ne voit pas d'alternatives à la solution politique pour la crise en Libye

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif a affirmé,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.