Cote d'Ivoire: Développement des TIC - L'Afrique ne doit pas rater la révolution

Du président du groupe de la Banque africaine de développement (Bad), Akinwumi Adesina à Eric Kacou (co-fondateur d'Entrepreneurial solutions partners), en passant par Chioma Agwugbo (fondatrice de TechHer), Pascal Lamy, homme d'affaires et consultant politique français et Zyad Limam (directeur et fondateur d'Afrique Magazine), tous avaient le même langage, ce 05 avril 2019.

Le continent africain, encore à la traîne, doit s'investir profondément dans les Technologies de l'information et de la communication (Tic) pour en tirer avantage. Ils intervenaient, au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, à l'occasion de The Africa report debates, autour du thème « The new tech era : job-killer or job-creator ? » («Nouvelles technologies: tueuses ou créatrices d'emplois? »). « Nous ne devons pas être effrayés pas les Tic », a lancé le président du groupe de la Bad. « La régulation de l'environnement doit changer. Nous devons faire en sorte de pouvoir être prêts », ajoute-t-il. Si, pour lui, l'Afrique a raté plusieurs révolutions, notamment celle de l'industrie, le continent de plus de 1,2 milliard d'habitants « ne doit pas être en retard » en ce qui concerne les Tic.

Pascal Lamy, homme d'affaires et consultant politique français, dénonce une « sous-régulation du secteur » des Tic en Afrique, quand Chioma Agwugbo estime qu'il est nécessaire de les promouvoir afin de répondre aux besoins des populations et d'améliorer leurs conditions de vie. Dans un contexte marqué par les Tic qui, aujourd'hui, se sont imposées dans les habitudes, pour le fondateur d'Afrique Magazine, « l'Afrique doit s'adapter en tenant compte de ses propres réalités », notamment l'éducation, la santé, l'énergie, les infrastructures. En vue de créer de nombreux emplois pour absorber le nombre croissant de jeunes sur le marché, chaque année.

Selon le groupe de la Banque mondiale, les Tic peuvent changer les choses en profondeur : elles peuvent permettre aux pouvoirs publics, aux entreprises et aux citoyens d'améliorer l'efficacité des services, de stimuler la croissance économique et de renforcer les réseaux sociaux. En dépit de ces opportunités, l'Afrique est encore à la traîne par rapport aux autres parties du monde.

Si près d'un milliard de ménages dans le monde a aujourd'hui accès à Internet (dont 230 millions en Chine, 60 millions en Inde et 20 millions dans les 48 pays les moins avancés), les chiffres concernant l'accès des ménages témoignent de l'ampleur de la fracture numérique : 84% des ménages sont connectés en Europe contre 15,4% dans la région Afrique. « Il faut promouvoir les compétences dans les Tic. Il faut investir dans ce secteur ; ceux qui le feront vont créer le fossé », avertit le patron de la Bad. Consciente des avantages des Tic, la Bad, rappelle-t-il, continuera à investir dans ce secteur pour créer des milliers d'emplois.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.