Sénégal: Formation du gouvernement dit «resserre» - Macky «affecte» à Dionne 32 ministres

Trente-deux ministres et trois secrétaires d'Etat pour un gouvernement dit «resserré» par rapport au précédent qui comptait 39 ministres, 50% de nouvelles têtes, au moins un ministre par région, une représentation féminine qui passe de 20 à 25%.

Tels sont les grandes caractéristiques du nouveau gouvernement qui inaugure le quinquennat de Macky Sall. Nonobstant le fait que Sidiki Kaba et Amadou Bâ changent de postes ministériels, qu'Aly Ngouille Ndiaye s'enracine à la Place Washington, que Malick Sall arrache à Ismaila Madior Fall le titre de Garde des Sceaux.

Après bien de tergiversations qui ont tenu en haleine les Sénégalais, tout au long du week-end, le premier attelage gouvernemental du quinquennat de Macky Sall a été mis en marche dans la soirée d'hier, dimanche 07 avril. Ce gouvernement dit «resserré» compte 32 ministres et 3 secrétaires d'Etat, soit un nombre moindre que celui des 39 ministres et ministres délégués du dernier attelage dirigé par le Pm Dionne. Selon ce dernier qui a d'ailleurs rempilé à son poste de chef du gouvernement, du moins provisoirement puisque le dit poste est appelé à être supprimé, le nouvel attelage gouvernemental a ceci de particulier qu'il est composé de 50% de nouvelles têtes, que la gent féminine est représentée à hauteur de 25% (plus que le pourcentage précédent de 20%), soit un ministre sur quatre. Le nouveau gouvernement qui a été formé hier, dimanche, sous le label «Le Sénégal de tous en marche», selon les propos mêmes du Pm Dionne, est aussi organisé en rapport avec le respect de l'équité territoriale. Ce qui a fait dire au Premier ministre Dionne qu'au moins, il y a «un ministre par région» dans son équipe new look.

Le nouveau gouvernement qui démarre le quinquennat de Macky Sall a connu, note-t-on, des changements notables et non des moindres. Outre les ministres qui ont quitté l'équipe de Dionne (voir par ailleurs), pas mal de titulaires ont dû migrer vers d'autres départements ministériels. A l'instar du premier de la liste, au rang protocolaire, Sidiki Kaba, qui atterrit désormais au ministère des Forces armées. L'ancien chef de la Chancellerie a cédé en effet son poste à... Amadou Bâ, ex-tout puissant ministre de l'Economie. Le coordonnateur départemental de Bby à Dakar, vainqueur des Législatives dans la capitale et actionnaire de la victoire à la présidentielle de Macky Sall dans le département, quitte son emblématique poste de ministre de l'Economie pour celui des Affaires étrangères.

Son ancien ministère est scindé en deux et réparti entre Abdoulaye Daouda Diallo, désormais ministre des Finances et du budget, et Amadou Hotte qui hérite du département ministériel de l'Economie, du plan et de la coopération. Aly Ngouille Ndiaye s'enracine à son poste de ministre de l'Intérieur, comme Abdoulaye Diouf Sall à la Santé, Matar Bâ aux Sports et autre Samba Sy du Pit au ministère du Travail. Oumar Guèye lâche par contre le ministère de la Pêche pour celui des Collectivités locales alors que Mansour Faye atterrit au Développement communautaire et Mamadou Talla à... l'Education.

EXIT PAPE A. SECK, ISMAILA MADIOR, LATIF ET...

Des noms emblématiques sautent. C'est le cas de Pape Abdoulaye Seck de l'agriculture, remplacé par Moussa Baldé, d'Abdou Latif Coulibaly de la Culture, d'Ismaila Madior Fall de la Justice qui cède les rênes à Malick Sall, nouveau Garde des Sceaux... Quant aux principaux alliés au sein de la coalition Bby, en l'occurrence le Ps et l'Afp, ils conservent leurs ministres qui changent cependant de postes. Serigne Mbaye Thiam et Aminata Mbengue Ndiaye quittent les ministres de l'Education et de l'Elevage pour ceux de ... l'Eau et de la Pêche. Quant à Alioune Sarr de l'Afp, il est désormais ministre du Tourisme. A noter enfin pas que mal de nouvelles têtes ont fait irruption dans le nouveau gouvernement ; Parmi ceux-ci, Cheikh Oumar Hanne du Coud au... ministère de l'Enseignement supérieur à la place de Mary Teuw Niane, tout simplement remercié.

LISTE DU NOUVEAU GOUVERNEMENT

Sidiki Kaba : Ministre des forces armées

Aly Ngouille Ndiaye : Ministre de l'intérieur

Abdoulaye Daouda Diallo : Ministre des Finances et du budget

Amadou Ba : Ministre de affaires étrangères et des sénéglais de l'extérieur

Malick Sall : Garde des sceaux - Ministre de la justice

Mansour Faye : Ministre du développement communautaire - équité sociale

Mouhamadou Mactar Cissé : Ministre du Pétrole et de l'énergie

Mariama Sarr : Ministre de la Fonction publique et du renouveau service publique

Oumar Youm : Ministre des infrastructures et du transport terrestre

Amadou Hott : Ministre de l'économie, du plan et de la coopération

Abdoualye Diouf Sarr : Ministre de Santé et action sociale

Moussa Baldé : Ministre de l'Agriculture et de l'équipement rural

Serigne Mbaye Thiam : Ministre des eaux et assainissement

Ndeye Saly Diop Dieng : Ministre de la femme, de la famille, du Genre et de la Protection des enfants

Alioune Sarr : Ministre du tourisme et du transport aérien

Aminata Mbengue Ndiaye : Ministre de la pêche et l'économie maritime

Mamadou Talla : Ministre de l'éducation nationale

Oumar Gueye : Ministre des collectivités territoriales

Cheikh Oumar Anne : Ministre de Enseignement supérieur

Moustapha Diop : Ministre du développement industriel et des petites et moyennes industries

Abdou Karim Sall : Ministre de l'environnement et du développement durable

Sophie Gladima Siby : Ministre des mines et de la géologie

Matar Ba : Ministre des sports

Samba Ndiobène Ka : Ministre de élevage et reproduction animale

Samba Sy : Ministre du Travail et du dialogue sociale

Abdou Karim Fofana : Ministre de l'urbanisme et du logement

Aminata Assomme Diatta : Ministre du commerce et des PME

Abdoulaye Diop : Ministre de culture et de la communication

Nené Fatoumata Tall : Ministre de la jeunesse

Zahra Iyane Thiam : Ministre des microfiances et des economies sociales et solidaires

Dame Diop : Ministre de l'emploi

Ndeye Diké Ndiaye Diop : Ministre de l'Economie numérique et des télécoms

Augustin Tine : Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République

PREMIER GOUVERNEMENT DE MACKY II

Liste des ministres remerciés

Ismaila Madior FALL, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice;

Diéne Farba SARR, Ministre du renouveau urbain, de l'Habitat et du cadre de Vie;

Papa Abdoulaye SECK, Ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural;

Mansour Elimane KANE, Ministre du Pétrole et des Energies;

Mary Teuw NIANE, Ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation;

Yaya Abdoul KANE, Ministre de la Gouvernance Territoriale, du Développement et de l'Aménagement du Territoire;

Mbagnick NDIAYE, Ministre de l'intégration Africaine, du NEPAD et de la Francophonie;

Abdou Latif COULIBALY, Ministre de la Culture;

Mme Khoudia MBAYE, Ministre de la Promotion des investissements, des Partenariats et du Développement des Téléservices de l'Etat;

Abdoulaye BALDE, Ministre de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l'Economie numérique;

Mme Maimouna NDOYE SECK, Ministre des Transports aériens et du Développement des infrastructures aéroportuaires;

Mame Mbaye NIANG, Ministre du Tourisme;

Mame Thierno DIENG, Ministre de l'Environnement et du développement durable;

Pape Gorgui NDONG, Ministre de la Jeunesse, de la Construction citoyenne et de la Promotion du volontariat;

Mme Aminata Angelique MANGA, Ministre de l'Economie solidaire et de la Microfinance;

Mme Ndèye Ramatoulaye GUEYE DIOP, Ministre de la Bonne gouvernance et de la Protection de l'enfance;

Souleymane Jules DIOP, Ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé du suivi du PUDC;

Birima MANGARA, Ministre délégué auprès du Ministre de l'Economie, des Finances et du Plan, Chargé du Budget;

Abdou Ndéné SALL, Ministre délégué auprès du ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, chargé du Développement du réseau ferroviaire;

Moustapha Lô DIATTA, Ministre délégué auprès du ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural, chargé de l'Accompagnement et de la Mutualisation des organisations paysannes.

Et Augustin Tine, alors ministre des Forces Armées devient Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République.

EN BREF...

PR NGOUDA MBOUP, CONSTITUTIONNALISTE : «Supprimer le poste de Pm revient à changer la nature du régime»

« J'ai été pris de court par cette annonce. Je n'attendais pas le Président à ce niveau parce que supprimer le poste de PM revient à changer la nature du régime. C'est une réforme qui va traverser toutes les dispositions constitutionnelles. Macky Sall s'expose lui-même en termes de responsabilité parce qu'il change le régime. Et dans le cadre d'un régime présidentiel, il faudrait qu'il ait une séparation rigoureuse des pouvoirs... Cela requiert une réforme majeure parce qu'on va toucher plusieurs articles de la constitution du Sénégal. Le président de la République peut supprimer le poste de Premier ministre parce que la constitution lui en donne droit mais, la légalité doit être alignée avec la légitimité. Et, cette légitimité est octroyée et donnée par le peuple. Le Premier ministre dirige une institution qui est au même titre que l'institution de la présidence de la République. Ces institutions sont les fondamentaux de la République. Donc, pour y toucher, il faut discuter avec les acteurs. C'est un vaste chantier qui mérite une discussion et cela doit se faire dans la transparence », a dit le constitutionnaliste sur Iradio.

ABDOULAYE MAKHTAR DIOP, ANCIEN MINISTRE DES SPORTS : La suppression permet «d'avoir une prise directe sur l'administration»

L'ancien ministre Abdoulaye Makhtar Diop qui a déjà siégé dans un gouvernement sans Pm, sous Abdou Diouf, est formel : la suppression du poste de Pm n'est pas synonyme de renforcement des pouvoirs du Président, elle permet plutôt au chef de l'Etat «d'avoir une prise directe sur l'administration ». L'ancien ministre qui se prononçait sur la Rfm a expliqué que la décision doit s'accompagner de « la création de grandes directions dans les ministères pour permettre d'alléger la charge de travail ». Toutefois, soulignera-t-il, « si tel n'est pas le cas, on peut se poser la question de l'efficacité d'une telle mesure ». Dans la foulée, il a révélé que l'ex-Président Abdou Diouf procédait à ses séances de travail mensuelles avec chaque ministre pour éplucher les différents dossiers. Seulemnt, a-t-il tenu à prévenir, «en raison des différentes charges du Président, certains ministres pouvaient rester trois mois sans le rencontrer».

BIRAHIME SECK DU FORUM CIVIL A MACKY SALL : «En supprimant le poste de Pm, vous n'avez plus un régime parlementaire mais présidentiel»

Dans le cadre de sa tournée nationale, le coordinateur général du Forum civil, Birahime Seck, qui était à Thiès s'est prononcé sur les nouvelles attributions de Mahammed Boun Abdallah Dionne. Aussi s'est-il posé un certain nombre de questions pour l'instant sans réponses. « En supprimant le poste de Premier ministre, vous n'avez plus un régime parlementaire mais un régime présidentiel. Qui va hériter de la responsabilité dont disposait le Premier ministre au sein de l'Assemblée nationale ? Les motions de censure du parlementaire qui étaient adressées au Premier ministre vont-elles être adressées directement au Président de la République? »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.