Tanzanie: La « disparition » d'un journaliste tanzanien n'est toujours pas élucidée

communiqué de presse

Cela fait plus de 500 jours qu'Azory Gwanda, journaliste auprès de la société de médias privée Mwananchi Communications, a été porté disparu dans des circonstances obscures en Tanzanie. Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) demande au gouvernement tanzanien de prouver qu'il mène actuellement des enquêtes crédibles sur sa disparition.

En novembre 2017, Anna Pinoni a signalé à la police que son mari était porté disparu. Il a été aperçu pour la dernière fois alors qu'il entrait dans un véhicule blanc. Il enquêtait alors sur une série de meurtres commis dans la région de Pwani, au sud de Dar es-Salaam.

Après la disparition de Gwanda, des activistes et des médias tanzaniens ont régulièrement appelé le gouvernement à enquêter sur sa disparition en utilisant les hashtags #WhereIsAzory, #BringBackAzory et #MrudisheniAzory.

Deux ans plus tard, l'affaire Gwanda n'est toujours pas résolue et la réaction insatisfaisante du gouvernement à sa disparition soulève des questions sur son véritable engagement à trouver des réponses.

Quels que soient les faits liés à la disparition de Gwanda, il est temps que cette affaire reçoive l'attention qu'elle mérite.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: HRW

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.